Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 16:05

Marina, morena
Marina, você se pintou
Marina, você faça tudo
Mas faça um favor
Não pinte esse rosto que eu gosto
Que eu gosto e que é só meu
Marina, você já é bonita
Com o que deus lhe deu
Me aborreci, me zanguei
Já não posso falar
E quando eu me zango, marina
Não sei perdoar
Eu já desculpei muita coisa
Você não arranjava outra igual
Desculpe, marina, morena
Mas eu tô de mal
Marina, la brune
Marina, tu t'es peinte
Marina, tu fais tout
Mais fais-moi une faveur
Ne peinds pas ce visage que j'aime
Que j'aime et qui est mien
Marina, tu es déjà belle
Avec ce que dieu t'a donné
Je me suis irrité, je me suis énervé
Je ne peux déjà plus parler
Et quand je m'énerve, Marina
Je ne sais pas pardonner
Je me suis déjà excusé de beaucoup de choses
Tu ne trouvais d'autre pareil
Excuse-moi, Marina, la brune
Mais je suis en froid

Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 02:26


Je n'aime pas trop utiliser le mot 'blackette' qui n'est pas un mot d'une belle sonorité et qui montre malheureusement que la négritude de Senghor ou de Césaire n'a jamais pris le dessus sur le 'politiquement correct' (qui n'empèche malheureusement pas le racisme). Tout ça pour dire que j'aurais préféré 'négresse' mais 'blackette' est plus léger et actuel.

Hoje eu vim minha nega
Como venho quando posso
Na boca as mesmas palavras
No peito o mesmo remorso
Nas mãos a mesma viola
Onde eu gravei o teu nome (bis)
Venho do samba há tempo, nega
Venho parando por ai
Primeiro achei zé fuleiro
Que me falou de doença
Que a sorte nunca lhe chega
Que está sem amor e sem dinheiro
Perguntou se não dispunha
De algum que pudesse dar
Puxei então da viola
Cantei um samba pra ele
Foi um samba sincopado
Que zombou de seu azar

Hoje eu vim, minha nega
Andar contigo no espaço
Tentar fazer em teus braços
Um samba puro de amor
Sem melodia ou palavra
Pra não perder o valor (bis)

Depois encontrei seu bento, nega
Que bebeu a noite inteira
Estirou-se na calçada
Sem ter vontade qualquer
Esqueceu do compromisso
Que assumiu com a mulher
Não chegar de madrugada
E não beber mais cachaça
Ela fez até promessa
Pagou e se arrependeu
Cantei um samba pra ele
Que sorriu e adormeceu

Hoje eu vim, minha nega
Querendo aquele sorriso
Que tu entregas pro céu
Quando eu te aperto em meus braços
Guarda bem minha viola,
Meu amor e meu cansaço (bis)

Por fim achei um corpo, nega
Iluminado ao redor
Disseram que foi bobagem
Um queria ser melhor
Não foi amor nem dinheiro
A causa da discussão
Foi apenas um pandeiro
Que depois ficou no chão
Não tirei minha viola
Parei, olhei, fui-me embora
Ninguem compreenderia
Um samba naquela hora

Hoje eu vim, minha nega
Sem saber nada da vida
Querendo aprender contigo
A forma de se viver
As coisas estão no mundo
Só que eu preciso aprender (bis)
Aujourd'hui je suis venu ma 'blackette'
Comme je viens quand je peux
Avec dans la bouche les mêmes mots
Avec dans le coeur le même remords
Avec dans les mains la même guitare
Où j'ai gravé ton nom (bis)
Je viens de la samba depuis longtemps,
Je viens m'arrêtant par là
D'abord j'ai rencontré M'sieur minable
Qui m'a parlé de maladie
Qu'il n'a pas de chance
Qu'il est sans amour et sans argent
Il m'a demandé si j'avais pas
Un truc à donner
J'ai pris alors ma guitare
Je lui ai chanté une samba
C'était une samba syncopée
Qui s'est moquée de son infortune

Aujourd'hui je suis venu ma 'blackette'
Marcher avec toi dans l'espace
Tenter de faire dans tes bras
Une samba pure d'amour
Sans mélodie ou mot
Pour ne pas perdre la musicalité (bis)

Après j'ai rencontré ton moine, 'blackette'
qui a bu la nuit entière
Il s'est étendu sur le trottoir
sans avoir aucune volonté
Il a oublié le compromis
Qu'il a conclu avec une femme
Ne pas rentrer au petit matin
Et ne plus boire de cachaça
Elle a été jusqu'à lui faire promettre
Il a payé et s'est repenti
J'ai chanté une samba pour lui
Qui a souri et s'est endormi

Aujourd'hui je suis venu, ma 'blackette'
Voulant ce sourire-là
Que tu envoies au ciel
Quand je te serre dans mes bras
Garde bien ma guitare,
Mon amour et ma lassitude (bis)

Enfin j'ai trouvé un corps,
Brillant sur le coté
Ils ont dit que c'était des histoires
Un voulait être meilleur
Ce n'était pas l'amour ni l'argent
La cause de la dispute
C'était un pandeiro
qui après est resté au sol
Je n'ai pas sorti ma guitare
Je me suis arrêté, j'ai regardé et je suis parti
Personne n'aurait compris
Une samba à ce moment-là

Aujourd'hui j'ai venu, ma 'blackette'
Sans savoir rien de la vie
Voulant apprendre avec toi
La manière de vivre
Les choses sont dans le monde
Juste j'ai besoin de les apprendre (bis)
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 00:50

 

 

'The poor lonely cowboy' ne se rencontre pas qu'au Texas! Eh oui, il y en a aussi en Amérique du Sud. On parle de Gaucho. La musique gaucha (ou sertaneja) a les mêmes thèmes que la 'country'.

 

No rancho fundo
Bem prá lá do fim do mundo
Onde a dor e a saudade
Contam coisas da cidade...

No rancho fundo
De olhar triste e profundo
Um moreno canta as máguas
Tendo os olhos rasos d'água...

Pobre moreno
Que de noite no sereno
Espera a lua no terreiro
Tendo um cigarro
Por companheiro...

Sem um aceno
Ele pega na viola
E a lua por esmola
Vem pro quintal
Desse moreno...

No rancho fundo
Bem prá lá do fim do mundo
Nunca mais houve alegria
Nem de noite, nem de dia...

Os arvoredos
Já não contam
Mais segredos
E a última palmeira
Ja morreu na cordilheira...

Os passarinhos
Internaram-se nos ninhos
De tão triste esta tristeza
Enche de trevas a natureza...

Tudo por que
Só por causa do moreno
Que era grande, hoje é pequeno
Pra uma casa de sapê...

Se Deus soubesse
Da tristeza lá serra
Mandaria lá prá cima
Todo o amor que há na terra...

Porque o moreno
Vive louco de saudade
Só por causa do veneno
Das mulheres da cidade...

Ele que era
O cantor da primavera
E que fez do rancho fundo
O céu melhor
Que tem no mundo...

Se uma flor desabrocha
E o sol queima
A montanha vai gelando
Lembra o cheiro
Da morena...
Au ranch lointain
Bien là-bas au bout du monde
Où la douleur et la nostalgie
comptent parmi les choses de la ville

Au ranch lointain
Au regard triste et profond
Un brun chante son amertume
En ayant les yeux mouillés

Pauvre brun
Qui le soir au crépuscule
Attend la lune sur le champ
En ayant une cigarette
Comme compagnon...

Sans secousse
Il prend sa guitare
Et la lune par pitié
Va au jardin
De ce brun

Au ranch lointain
Bien là-bas au bout du monde
Jamais il n'y a plus d'allégresse
Ni de nuit, ni de jour

Les bosquets
Déjà ne comptent
Plus de secrets
Et l'ultime palmier
Est déjà mort dans la cordillère

Les petits oiseaux
Sont rentrés au nid
Tant est triste cette tristesse
Qu'elle remplit de ténèbre la nature

Tout ça pourquoi
Seulement à cause du brun
Qui était grand et qui aujourd'hui est petit
Pour une maison de chaume...

Si Dieu savait
La peine là-bas dans la serra
Il y enverrait par dessus
Tout l'amour qu'il y a sur Terre

Car le brun
Vit fou de nostalgie
A cause du venin
Des femmes de la ville...

Lui qui était
Le chanteur du printemps
Et qui a fait du ranch lointain
Le meilleur ciel
Qu'il y a au monde...

Si une fleur éclot
Et le sol chauffe
La montagne va geler
Rappelle le parfum
De la brune...
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 00:15

Voici une version de Ivete Sangalo, la bahianaise, qui enflamme les carnavals brésiliens avec des rythmes endiablés. Pour ma part, elle a de belles cuisses et ses concerts sont bons pour s'éclater (sauf quand ils sont à Curitiba)... Mais ça ne vaut pas la version de Jorge :


Moro num Pais tropical
Abençoado por Deus
E bonito por natureza
Mas que beleza
Em fevereiro,
Em fevereiro, tem carnaval,
Tem carnaval
Tenho um Fusca e um violão
Sou Flamengo
Et tenho uma nega
Chamada Teresa
Sou um baby, sou um baby,
Sou um menino de
Mentalidade mediana pois é
Mas assim mesmo feliz da vida contente
Pois eu não devo nada a ninguém pois é
Pois eu sou feliz,
Muito feliz comigo mesmo

Je vis dans un pays tropical

Béni par dieu

Et beau par nature

Mais quelle beauté

En février,

En février, il y a le carnaval,

Il y a le carnaval,

J’ai une coccinelle et une guitare

Je supporte le Flamengo

et j’ai ma 'blackette'

Appelé Teresa

Je suis un baby, je suis un baby,

Je suis un gars

Moyennement intelligent et après

Mais je suis heureux de vivre quand même

Après je ne dois rien à personne et donc

Donc je suis heureux,
Très heureux avec moi-même ainsi

Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 18:56

Sampa est pour São Paulo l'équivalent de Paname pour Paris.

Alguma coisa acontece no meu coração
Que só quando cruza a Ipiranga
E a avenida São João
É que quando eu cheguei
por aqui eu nada entendi
Da dura poesia concreta de tuas esquinas
Da deselegância discreta de tuas meninas

Ainda não havia para mim Rita Lee
A tua mais completa tradução
Alguma coisa acontece no meu coração
Que só quando cruza a Ipiranga
Et a avenida São João

Quando eu te encarei frente a frente
Não vi o meu rosto
Chamei de mau gosto o que vi,
De mau gosto, mau gosto
É que Narciso acha feio o que não é espelho
E à mente apavora
O que ainda não é mesmo velho
Nada do que não era antes
Quando não somos mutantes

E foste um difícil começo
Afasto o que não conheço
E quem vende outro sonho feliz de cidade
Aprende depressa a chamar-te de realidade
Porque és o avesso do avesso
Do avesso do avesso

Do povo oprimido nas filas,
Nas vilas, favelas
Da força da grana que ergue
E destrói coisas belas
Da feia fumaça que sobe,
Apagando as estrelas
Eu vejo surgir teus poetas
De campos, espaços
Tuas oficinas de florestas, teus deuses da chuva

Pan-Américas de Áfricas utópicas,
Túmulo do samba
Mais possível novo quilombo de Zumbi
E os novos baianos passeiam na tua garoa
E novos baianos te podem curtir numa boa
Quelque chose se passe dans mon coeur
Uniquement quand je croise l'Ipiranga
Et l'avenue São João
Quand je suis arrivé
Par ici, je n'ai rien compris
A la poésie dure et concrète de tes coins de rue
A la désélégance discrète de tes jeunes filles.

Il n'y avait pas encore pour moi Rita Lee
Ta traduction la plus complète
Quelque chose se passe dans mon coeur
Uniquement quand je croise l'Ipiranga
Et l'avenue São João

Quand j'ai été face à toi
Je n'ai pas vu mon visage
J'ai trouvé de mauvais goût ce que j'ai vu,
De très mauvais goût,
Ce que Narcisse trouve moche n'est pas le miroir
Et à y réfléchir ce qui épouvante
Est ce qui n'est pas vraiment vieux
Rien de ce qui était avant
Quand nous ne sommes pas os mutantes

Et tu as été un commencement difficile
J'éloigne ce que je ne connaîs pas
Et celui qui vend un autre rêve de ville heureuse
Apprend rapidement à t'appeler réalité
Car tu es l'envers de l'envers
De l'envers de l'envers

Des gens opprimés dans les queues,
Dans les villes, les favelas
De la force du blé qui érige
Et détruit les belles choses
De la laide fumée qui monte,
Effaçant les étoiles
Je vois surgir tes poètes
Des champs, des espaces
Tes bureaux de forêts, tes dieux de la pluie

Pan-Américains des Afriques utopiques,
Tombe de la samba
Plus possible nouveau quilombo de Zumbi
Et os novos baianos passaient dans ta bruine
Et os novos baianos peuvent profiter de toi

Un quilombo est un village ou une communauté d'esclaves en fuite. De nombreux quilombos existaient dans les zones reculées du Brésil au temps de l'esclavage.

São Paulo est tant besogneuse qu'elle n'a pas le temps de faire de la samba. Voilà pourquoi elle est traitée de 'tombeau de la samba'. La vérité est que São Paulo est non seulement la capitale économique du Brésil mais probablement aussi de la culture.
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 18:43

meu bem querer
é segredo, é sagrado
está sacramentado
em meu coração
meu bem querer
tem um quê de pecado
acariciado pela emoção

meu bem querer
meu encanto, estou sofrendo tanto
amor, e o que é o sofrer
para mim que estou
jurado pra morrer de amor
Ma bien-aimée
Est secrète, est sacrée
C'est un sacrement
Dans mon coeur
Ma bien-aimée
A un quelque chose de péché
cajolé par l'émotion

Ma bien-aimée
Mon enchantement, je souffre tant
D'amour, et ce qui est souffrance
Pour moi est que je suis
Destiné à mourir d'amour

Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 18:23

Je choisis souvent João Gilberto, 'o mito', 'o papa da bossa' car j'adore sa façon si douce de chanter. Il est inégalable. Evidemment c'est une opinion très personnelle et qui n'est pas partagée par tous les brésiliens.

Quem nasce lá na Vila
Nem sequer vacila
Ao abraçar o samba
Que faz dançar os galhos,
Do arvoredo e faz a lua,
Nascer mais cedo.

Lá, em Vila Isabel,
Quem é bacharel
Não tem medo de bamba.
São Paulo dá café,
Minas dá leite,
E a Vila Isabel dá samba.

A vila tem um feitiço sem farofa
Sem vela e sem vintém
Que nos faz bem.
Tendo nome de princesa
Transformou o samba
Num feitiço descente
Que prende a gente.

O sol da Vila é triste
Samba não assiste
Porque a gente implora:
"Sol, pelo amor de Deus,
não vem agora
que as morenas
vão logo embora

Eu sei tudo o que faço
sei por onde passo
paixao nao me aniquila
Mas, tenho que dizer,
modéstia à parte,
meus senhores,
Eu sou da Vila!
Qui naît là-bas dans la ville
Ne vacille même pas
A l'embrassement de la samba
Qui fait danser les branches
Du bosquet et fait la lune
Naître plus tôt.

Là-bas, à Vila Isabel,
Qui est novice
n'a pas peur de l'expert.
São Paulo donne du café,
Le Minas le lait
Et Vila Isabel la samba.

La ville a reçu un sort sans farine
Sans bougie et sans argent
Qui nous fait du bien.
En ayant un nom de princesse
Elle a transformé la samba
En un enchantement
Qui lie les gens.

Le soleil de Vila est triste
La samba n'est pas là
Alors les gens implorent :
"Soleil, pour l'amour de Dieu,
Si tu ne viens pas maintenant
Les brunes
Vont bientôt partir".

Je sais tout ce que je fais
Je sais par où je passe
La passion ne m'annihile pas.
Mais, je dois dire que,
Modestie à part,
Messieurs,
Je suis de Vila!

farofa : farine de manioc frite dans du beurre ou dans de la graisse - généralement enrichie d'autres ingrédients.
vintém : ancienne monnaie portugaise
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 14:45

Le dictateur Vargas, durant la seconde guerre mondiale, voulait que le Brésil reste neutre. Il était surement divisé lui-même entre son admiration pour les dictatures allemandes ou italiennes et sa dépendance commerciale avec les Etats-Unis, le Royaume-Uni ou la France. De plus, il y avait déjà au Brésil de nombreux immigrés allemands, italiens et japonais ce qui ne facilitait l'adhésion du peuple entier. Finalement le Brésil se mettra aux cotés des alliés. L'industrie cinématographique américaine immortalisera alors cette amitié à travers ce dessin animé (entre autres).
Walt Disney a été en fait à cette époque le diplomate américain en Amérique Latine. Il devait lutter contre le développement du nazisme dans cette partie de l'hémisphère sud. Il n'appréciait pas particulièrement les missions diplomatiques. Mais il a accepté ce travail proposé par Rockefeller. Il refusera néanmoins une compensation financière de l'Etat. Les films d'animation issus de ces voyages au Brésil, en Argentine et au Chili seront de grands succès (Saludos Amigos et 3 Caballeros).

Brasil!
Meu Brasil Brasileiro
Mulato inzoneiro
Vou cantar-te nos meus versos
Brasil, samba que dá
Bamboleio, que faz gingá
O Brasil do meu amor
Terra de Nosso Senhor...

Abre a cortina do passado
Tira a mãe preta do cerrado
Bota o rei congo no congado
Canta denovo o trovador
A merencória à luz da lua
Toda canção do seu amor
Quero ver essa dona caminhando
Pelos salões arrastando
O seu vestido rendado...

Esse coqueiro que dá côco
Oi! Onde amarro minha rede
Nas noites claras de luar
Por essas fontes murmurantes
Onde eu mato a minha sede
Onde a lua vem brincar
Esse Brasil lindo e trigueiro
É o meu Brasil Brasileiro
Terra de samba e pandeiro...

Brasil!
Terra boa e gostosa
Da morena sestrosa
De olhar indiferente
Brasil, samba que dá
Para o mundo se admirar
O Brasil, do meu amor
Terra de Nosso Senhor...

Abre a cortina do passado
Tira a mãe preta do cerrado
Bota o rei congo no congado
Canta denovo o trovador
A merencória à luz da lua
Toda canção do seu amor
Huuum!
Essa dona caminhando
Pelos salões arrastando
O seu vestido rendado...

Esse coqueiro que dá côco
Onde amarro minha rede
Nas noites claras de luar
Por essas fontes murmurantes
Onde eu mato a minha sede
Onde a lua vem brincar
Huuum!
Esse Brasil lindo e trigueiro
É o meu Brasil Brasileiro
Terra de samba e pandeiro...

Brasil!
Meu Brasil Brasileiro
Mulato inzoneiro
Vou cantar-te nos meus versos
Brasil, samba que dá
Bamboleio, que faz gingá
O Brasil do meu amor
Terra de Nosso Senhor...

Abre a cortina do passado
Tira a mãe preta do cerrado
Bota o rei congo no congado
Canta denovo o trovador
A merencória à luz da lua
Toda canção do seu amor
Quero ver essa dona caminhando
Pelos salões arrastando
O seu vestido rendado...

Esse coqueiro que dá côco
Onde amarro minha rede
Nas noites claras de luar
Por essas fontes murmurantes
Onde eu mato a minha sede
Onde a lua vem brincar
Esse Brasil lindo e trigueiro
É o meu Brasil Brasileiro
Terra de samba e pandeiro...

Oi! Essas fontes murmurantes
Onde eu mato a minha sede
Onde a lua vem brincar
Esse Brasil lindo e trigueiro
É o meu Brasil Brasileiro
Terra de samba e pandeiro
Brasil!
Brésil!
Mon Brésil brésilien
Mulâtre illimité
Je vais te chanter dans mes vers
Brésil, une samba qui le fait
Bamboleio, qui fait bouger
Le Brésil de mon amour
Terre de Notre Seigneur

Ouvre le rideau du passé
Prend la mère noire du cerrado
Rajoute le roi congo dans le congado
Chante de nouveau le troubadour
La mélancolie au clair de lune
Toute chanson de ton amour
Je veux voir cette dame cheminant
Par les salons en glissant
Son vêtement donné...

Ce cocotier qui donne la noix de coco
Salut! Où j'accroche mon hamac
Les nuits de pleine lune
Pour ces sources murmurantes
Où je tue ma soif
Où la lune vient se baigner
Ce Brésil beau et brun
C'est mon Brésil brésilien
Terre de samba et de pandeiro

Brésil!
Terre bonne et généreuse
De la brune indomptable
Au regard indifférent
Brésil, une samba qui fait
Que le monde l'admire
Le Brésil de mon amour
Terre de Notre Seigneur

Ouvre le rideau du passé
Prend la mère noire du cerrado
Rajoute le roi congo dans le congado
Chante de nouveau le troubadour
La mélancolie au clair de lune
Toute chanson de ton amour
Hmmm!
Je veux voir cette dame cheminant
Par les salons en glissant
Son vêtement donné...

Ce cocotier qui donne la noix de coco
Salut! Où j'accroche mon hamac
Les nuits de pleine lune
Pour ces sources murmurantes
Où je tue ma soif
Où la lune vient se baigner
Hmmm!
Ce Brésil beau et brun
C'est mon Brésil brésilien
Terre de samba et de pandeiro

Brésil!
Mon Brésil brésilien
Mulâtre illimité
Je vais te chanter dans mes vers
Brésil, une samba qui le fait
Bamboleio, qui fait bouger
Le Brésil de mon amour
Terre de Notre Seigneur

Ouvre le rideau du passé
Prend la mère noire du cerrado
Rajoute le roi congo dans le congado
Chante de nouveau le troubadour
La mélancolie au clair de lune
Toute chanson de ton amour
Je veux voir cette dame cheminant
Par les salons en glissant
Son vêtement donné...

Ce cocotier qui donne la noix de coco
Salut! Où j'accroche mon hamac
Les nuits de pleine lune
Pour ces sources murmurantes
Où je tue ma soif
Où la lune vient se baigner
Ce Brésil beau et brun
C'est mon Brésil brésilien
Terre de samba et de pandeiro

Salut! Ces sources murmurantes
Où je tue ma soif
Où la lune vient se baigner
Ce Brésil beau et brun
C'est mon Brésil brésilien
Terre de samba et de pandeiro
Brésil!

Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 13:35
- Le Tico-tico est un oiseau de l'ordre des passereaux. Le nom français est le Bruant chingolo. C'est tout simplement une sorte de moineau.
- Le titre original est en fait 'Tico-tico no farelo'. La définition dans le dictionnaire portugais de farelo est  'ensemble de résidus grossiers de céréales moulues' tandis que fuba est de la farine de riz ou de maïs.
- Carmen Miranda, interprète de cette chanson, était aussi appelée la bombe brésilienne (The brazilian bombshell). C'était une véritable star d'Hollywood, l'une des mieux payées des années 40.
- Cette chanson est aussi présente dans un dessin animé de Walt Disney qui scelle alors l'amitié américano-brésilienne lors de la second guerre mondiale.

Tico-Tico
Tico-Tico
O Tico-Tico tá
Tá outra vez aqui
O Tico-Tico tá comendo meu fubá
O Tico-Tico tem, tem que se alimentar
Que vá comer umas minhocas no pomar

(x 2)

Mas por favor, tire esse bicho do seleiro
Porque ele acaba comendo o fubá inteiro
E nesse tico de cá, em cima do meu fubá
Tem tanta coisa que ele pode pinicar
Eu ja fiz tudo para ver se conseguia
Botei alpiste para ver se ele comia
Botei um gato, um espantalho e alçapão
Mas ele acha que fubá é que é boa alimentação

O Tico-Tico tá
Tá outra vez aqui
O Tico-Tico tá comendo meu fubá
O Tico-Tico tem, tem que se alimentar
Que va comer é mais minhoca e nao fubá

(x2)
Moineau
Moineau
Le moineau est
Est encore une fois ici
Le moineau mange ma farine
Le moineau doit s'alimenter
Qu'il aille manger quelques vers dans le verger

(x2)

Mais s'il te plait, fais partir cet animal de silo
Car il va manger toute la farine
Et sur ce petit tas là, au dessus de ma farine
Il y a tant de choses qu'il peut picorer
J'ai déjà tout essayé pour voir s'il y arrivait
J'ai mis une alpiste pour voir s'il mangeait
J'ai mis un chat, un épouvantail et un piège
Mais il trouve que la farine est une bonne alimentation

Le moineau est
Est encore une fois ici
Le moineau mange ma farine
Le moineau doit s'alimenter
Qu'il aille manger plus de vers et pas de farine

(x2)
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 16:31
C'est très bon et très bobo à la Philippe Katerine. Les paroles sont énormes et ça me donne envie d'aller en boîte sur la Côte avec mes frangins.

Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article