Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 09:58
Je ne sais si mon titre est bien approprié car je n'ai passé qu'une frontière "terrestre" en Afrique. Il s'agit de celle entre l'Angola et la Namibie c'est-à-dire entre Santa Clara et Oshakati. Cette frontière est de plus en plus fréquentée en raison:
- des échanges croissants entre l'Angola (riche en pétrole) et ses voisins,
- des commerces bon marché du coté namibien (certains sont réservés aux ressortissants angolais uniquement),
- de l'essence pas chère (39 kwanzas soit 0,50 US$ ou 0,30 Euros) du coté angolais
- des ethnies "à cheval" sur 2  pays
- du tourisme type safari
- etc.
frontière angola namibie
Je vais décrire le parcours à suivre d'Angola à Namibie puis de Namibie à Angola avec véhicule angolais et passeport européen.

1- Il faut se garer et se rendre à la petite guérite d'entrée. La patience et la courtoisie sont nécessaires. Il y a rarement une file d'attente à ce premier point sauf quand le chef part pisser en gardant le tampon à appliquer sur le post-it que l'on vous remettra et qu'il faudra garder précieusement. Ne pas oublier aussi de changer des kwanzas ou des dollars US en dollars namibiens ou rands sudafricains. Le dollar namibien est égal au rand et pour un euro vous aurez 10 à 11 rands. Vous pouvez faire le change avec un gars dans la rue (c'est souvent plus avantageux) ou dans une banque. Cette étape est indispensable car du coté namibien il faudra payer une taxe en dollar namibien (ou rand).

2- Reprendre sa voiture et se garer de nouveau. Passer derrière le bâtiment, se faufiler jusqu'au dernier guichet  (après une séparation en tôle ondulée) et jeter son passeport sur le comptoir. Garder un oeil dessus. Un fonctionnaire s'en saisira pour qu'un autre le scanne. Il reste alors à écouter. On vous appellera pour vous rendre le passeport.

3- Reprendre son véhicule, s'avancer à la guérite de sortie, montrer papiers et parfois ouvrir véhicule et valises...

4- Se garer à nouveau, entrer dans le 2ème bâtiment à l'aide d'un stylo et du passeport évidemment. Remplir le document donné au guichet et faire tamponner son passeport. Ne pas oublier de payer la taxe (180 rands pour un 4X4 quelque soit la durée du séjour).

5- Les jours de forte affluence, il y a une vérification des véhicules pour voir si la taxe a bien été payée.


Le retour est plus simple car il y a moins de monde, moins de file, etc. :

4- Refaire tamponner son passeport coté namibien

3- Se garer et montrer son passeport à la baraque sur la droite. Il n'y a pas de queue en général.

1- Rendre le post-it!

Remarques:
- Vous allez vous faire harceler surtout du coté namibien. Il est plus judicieux de refuser toute aide. Si vous cedez, attendez-vous à des demandes dépassant les 50 dollars. Evidemment 5 US$ semblent plus raisonnables. Si vous avez "oublié" une étape, il faudra payer officieusement au minimum 20 US$ ou 100 rands (j'ignore les valeurs officielles).
- Attention il y a de nombreux voleurs à la frontière: ne pas oublier de fermer les portes du véhicule même quand vous êtes dedans... Le reste de la région d'un coté ou l'autre de la frontière est relativement sûre.
- Si vous avez acheté des produits en Namibie, il vous faut les déclarer près du 2. Cette étape peut prendre un certain temps. Une voiture achetée en Namibie sera gardée 1 mois du coté angolais avant d'obtenir l'auorisation de rouler en Angola.
- Le Kwanyama est parlée des 2 cotés de la frontière et facilite les négociations quand elles sont nécessaires. Puis viennent le portugais et l'anglais.
- Toutes ces étapes peuvent devenir facultatives si vous êtes une personnalité politique importante de la région, si vous êtes doués ou si vous êtes prêts à payer.
- L'ensemble des opérations pour un touriste à l'aller prendra 1 à 2 heures et au retour 1h. Ceci est à titre indicatif car de nombreux petits incidents peuvent rallonger considérablement ces temps de passage.
Repost 0
Published by pascal - dans angola
commenter cet article
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 08:43
Ce mémorial est présenté sur le site Angolapress comme le premier site historique à visiter quand on est dans la province du Cunene, au Sud de l'Angola. Vous trouverez d'ailleurs sur ce même site des images et une vidéo sur cette province (elles datent un peu mais les nombreux articles et les nouvelles récentes en font une des sources les plus riches sur l'Angola).
rei-mandume.JPGPour arriver au niveau de cette entrée, il faut se diriger vers le Sud d'Ondjiva. Le mémorial se trouve à 35 Km de la capitale kwanyama et 15 Km de Namakunde. Au niveau du marché de Namakunde, il faut tourner sur la gauche (vers l'Est).
rei-mandume-2.JPGL'entrée est gratuite mais les vigiles vous demanderont une "petite contribution" (200 Kwanzas max.). Il n'y a pas beaucoup de passages. Le complexe pourtant équipé pour héberger des touristes et acceuillir des conférences semble abandonné. J'ai même réveillé au milieu de leur sieste les 2 gars de l'entrée.
rei-mandume-3.JPGLe site se visite ainsi en moins de 5 minutes. Le mémorial est petit. Une plaque cite le Roi Mandume Ya-NDemufayo, dernier roi à lutter contre les puissances colonisatrices:

rei-mandume-4.jpg"Se os ingleses me procuram, eu estou aqui, e eles podem vir e montar-me um ardil. Não farei o primeiro disparo, mas não sou um cabrito nas mulolas, sou um homen e lutarei até gastar minha última bala."
soit "Si les anglais me cherchent, je suis ici, et ils peuvent venir et monter un guet-apens. Je ne tirerai pas le premier, mais je ne suis pas une chèvre dans les mulolas (zones qui à la première pluie se trouvent inondées), je suis un homme et je lutterai jusqu'à ma dernière balle"

"O meu coração diz-me que não fiz nada de errado"
soit "mon coeur me dit que je n'ai rien fait de mal"

Ce dernier a été décapité en 1917 par les Portugais. En effet, en pleine première guerre mondiale, des renforts avaient été envoyés en raison d'incidents avec les forces allemandes en Namibie mais aucune confrontation n'a finalement eu lieu. Le combat entre les portugais fraîchement arrivés et les kwanyamas a été dotant plus inégal. Il n'en reste pas moins que ce Roi Mandume reste un symbole d'indépendance, de fierté, de bravoure,... pour l'Angola tout entier.
Repost 0
Published by pascal - dans angola
commenter cet article
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 07:25

Voilà un moment que je n’ai pas mis d’article sur mon blog. Cela est dû au fait que je me trouve à présent à Ondjiva. La connexion Internet y est ‘pessima’. Mais je vais essayer malgré tout d’écrire de nouveau.

J’ai demandé à une amie angolaise quels sont les chanteurs et chanteuses les plus fameux d’Angola. Voici la liste qu’elle m’a faite :

- Calo Pascoal
- Yuri da Cunha

- Pérola

- Toni Amado

- Carlos Burity

- Sebem

- Anselmo Ralph

- Big Nelo

- Carima

- Yola Araújo

- Margareth do Rosario

- Ei.V.C

- Maya cool

- Banda Maravilha

- Dog Murras

- Kande

- Bruna Tatiana

- Calabeto

- Patricia Faria

Sinon allez voir sur le site suivant: 
www.canalangola.net
Vous y trouverez en cliquant sur l'onglet Top Musical les 20 meilleures musiques du moment. Le classement est renouvelé tous les 15 jours et surtout vous pouvez télécharger gratuitement tous les titres en question. Les styles sont variés: il y a du Kuduro, du R&B, du Kwassa, du Kizomba, etc.

Repost 0
Published by pascal - dans angola
commenter cet article
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 18:47

Voici un article paru dans la lettre n°86 de juin 2009 de la Mission Laïque Française à propos du réseau de lycées d’excellence qui est entrain de ce mettre en place en Angola.

Ci-dessous vous avez les dépliants en portugais sur chacune des écoles. En premier, il y a l’établissement dont j’aurais la charge à Ondjiva.

Puis voici les photos des 3 autres écoles (Caxito dans la province de Bengo, Malanje dans la province de même nom et N'dalatando de la province de Kwanza-Norte) :

   
Repost 0
Published by pascal - dans angola
commenter cet article
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 01:41
LA GEOGRAPHIE
Cunene est une des 18 provinces d'Angola. Elle est située à l'extrème sud, à la frontière avec la Namibie, entre les provinces :
- à l'ouest, du Namibe (qui donne sur le littoral)
- à l'est, de Cuando-Cubango (qui est collée à la Zambie et proche du Botswana)
- au nord, de Huila

Cette province méridionale comprend 6 villes principales, Cuanhama, Ombandja, Kuvelai, Kuroca, Kahama et Namacunde. La capitale est Ondjiva qui se trouve à 1424 Km de la capitale angolaise, Luanda et à 415 Km de Lubango. La superficie de cette province est de 87342 Km2 soit une aire supérieure à celle de la Suisse et des Pays-bas réunis. La population est d'environ 230000 habitants.
Il y a 2 aéroports dans la province : celui d'Ondjiva et celui de Cahama. Sinon il faut emprunter la route pour arriver jusque là.

Le climat est tropical sec voire semi-aride et la température moyenne annuelle est de 23°C. La pluviométrie n'excède pas 600 mm par an. Mais elle est très irrégulière et les précipitations se concentrent entre Décembre et Avril.

3 fleuves principaux parcourent la région :
- le cunene qui offre de belles cascades à la frontière avec la Namibie
- le cuvelai
- la calonga

La province de Cunene avec ses chutes d'eau et ses paysages magnifiques offre la possibilité de faire de l'escalade et du canyoning. La nature exibe en effet la beauté de ses cataractes de Ruacana et de son parc national de Mupa (6600 Km2).

LA FAUNE
Les animaux qui abondent le plus sont :
- le lycaon (o mabeco)
- la hyène tâchetée (a hiena malhada)
- l'éléphant
- le zèbre des plaines (a zebra da planicie)
- l'hippopotame (o hipopotamo)
- le potamochère (o potamochero)
- la gunga (?)
- l'antilope chevaline (a palanca vermelha)
- le bubale roux (a caama)
- l'impala
- l'autruche (a avestruz)
- le bambi (?)

LES TRIBUS ET LEUR HISTOIRE
Les natifs de Cunene appartiennent au groupe Ambo et la population est d'origine Koysan non Banthou. La majorité vit en milieu rural. Il y a 4 tribus principales :
- les Koysans : un peuple inoffensif, nomade, qui vit de chasse et de cueillette, habite dans des cabanes faites d'écorces d'arbre
- les Ovambos : tribu qui comprend 3 ethnies (les Kwanyamas, les Cuamatos et les Evales) et qui vit de l'agriculture dans des 'farmas' (espaces agricoles)
- Les N'Yanecas Humbes : qui sont des éleveurs de bovins et qui pratiquent l'agriculture de subsistance
- Les Hereros : qui se subdivisent en 2 groupes nomades, les Mucahones et les Mutuas (ces derniers plus pauvres survivent en travaillant pour les premiers et s'abritent dans des cavernes)

Le dernier roi Kwanayama, le célèbre Mandume, défendit vaillamment son territoire contre les armées portugaises au début du XXème siècle. La province de Cunene a été fondée le 10 juillet 1970. La langue la plus parlée est le Kwanhama.

TOURISME
- Fortaleza Fortes Roçadas : situé à Xangongo, sur la rive droite du fleuve Cunene, qui servit de base militaire.
- Monument de Mufillo : situé au sud de Xangongo, qui symbolise les grandes victoires du roi Mandume avec le roi Tchete-kela de Cuamato contre les portugais au XIXème siècle.
- Monument Vau-do-Pembe : qui est dédié à la mémoire des portugais morts dans la traversée du fleuve Cunene lors de la résistance nationaliste.
- Ombala Grande : lieu de sépulture des rois. Il a été le centre politique du règne Kwanyama où ont vécu 11 rois - excepté le roi Mandume.
- Maior Imbondeiro de Africa : à Xangongodo, dans la région de Péupéu
- Complexe mémorial du roi Mandume : à Namacunde, à 42 Km d'Ondjiva. Le lieu est entouré d'arbres qui symbolisent l'héroisme du peuple Kwanyama.
- Le parc national de Mupa : 660000 Ha qui se situent au nord de la province. C'est une zone de chasse dès le 16 avril 1938 et un parc dès le 26 Décembre 1964. Il est impossible en ce moment de s'y rendre (à cause des nombreuses mines antipersonnelles?).
- Le barrage de Ruacana et les chutes du fleuve Cunene : dans la région de Kalueke, presque sur la frontière avec la Namibie et qui a un dénivelé de près de 100 m.
- Les chutes de Monte Negro (Epupa) : dans la région de Kuroca, proche de la frontière également.


Les plats typiques sont :
- le bagre (poisson) fumé
- le mafuma (grenouille)

Les jours fériés :
- Le 6 février : jour du roi Mandume
- Le 10 juillet : fête de la ville

L'ECONOMIE
- Les principales productions agricoles sont : le maïs, le coton, la canne à sucre, les vignes, le tabac, le blé, les bois tropicaux, le haricot, l'horticulture, le massambala (sorgho), le massango (autre céréale?)...
Il y a 77475 Ha de terres arrables dont 43% sont cultivées annuellement.
- La pêche artisanale contribue en milieu rural à améliorer la ration quotidienne.
- L'élevage compte 1000000 de têtes de bétail. La majeure partie des effectifs reste dans les enclos traditionnels et les pâturages naturels qui sont conditionnés par la disponibilité en eau et le potentiel de charge.

- Le système financier et bancaire de la province est assuré par 'Bancos de Fomento' et 'Poupança e Credito'.

- Les minerais sont le fer, le cuivre, l'or et le mica.

- Le sol est plutôt sédimentaire avec quelques affleurements précambriens dans la partie occidentale. La végétation est de type savane dont 46% de forêts et d'arbustes, 23% de sols arides et argileux avec arbres et graminées et 20% au nord occupé de graminées pauvres et d'arbres épineux. Les formations géologiques métamorphiques et ignées couvrent 11% de la surface.

 

Pour plus d'images, aller voir ce blog.
Repost 0
Published by pascal - dans angola
commenter cet article
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 00:33

Comme vous pouvez le constater, l'Angola est un pays sévèrement touché par l'horreur des mines anti-personnel. Ce problème est bien développé dans 2 dossiers, un sur le site de la diplomatie française et l'autre sur handicap international.
Encore une fois 3 pays membres du conseil de sécurité de l'ONU - les USA, la Russie et la Chine - n'ont pas ratifié la convention d'Ottawa c'est-à-dire le traité visant à interdire l'usage de mines et BASM.

L'angola est un pays dont le nombre de morts et d'amputés ne cessent d'augmenter. Pour redonner de la dignité aux mutilés, un concours de miss landmine a été organisé. Cela semble morbide mais on peut comprendre le désir d'une nation de ne pas rendre tabou un tel désastre qui touche toute la société.
La carte ci-dessus issue d'une étude de 2007 montre en détail l'impact des mines sur les communautés angolaises. Les tableaux dénombrent les terres agricoles ou non devenues impraticables, les patûrages abandonnés, les routes à éviter, les infrastructures où il ne faut pas aller, les lacs où il ne faut nager... et bien sûr les morts et blessés.
Je compile ci-dessous l'impact des mines en fonction de la densité de population :

Près de 26 360 mines anti-personnel (sur une surface de 23 293 mètres carrés longeant 2 000 km de routes et 230 km de chemin de fer) ont été désamorcées depuis mars 2007. Mais il y resterait 5 millions de mines ce qui donnent du travail aux démineurs pendant au moins 200 ans.
Repost 0
Published by pascal - dans angola
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 03:20
Ce nouvel article constitue une suite à un ancien.
Je viens de faire aussi une traduction sur les langues angolaises : http://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_d%27Angola
J'ai fini cette carte après un certain temps passé dessus. On y trouve les différents idiomes avec à coté le nombre de locuteurs (en kilo).
En foncé, ce sont les langues non bantoues (khoisanes ou d'origine inconnue). Le reste en blanc représente la partie banthoue. On ne remarque qu'une langue à clic : le !o!ung (d'où les points d'exclamation) qui est très peu pratiquée).
Les données démographiques datent un peu parfois vu qu'elles découlent de recensements effectués entre 1990 et 2001. Celles-ci proviennent du site http://www.ethnologue.com. Je rappelle qu'aujourd'hui l'Angola compte près de 13 millions d'habitants.

Quand on compare les 3 cartes ci-dessus, on remarque qu'il y a de nombreuses différences. Ces 2 dernières manquent peut-être d'actualisation vu que le Kwisi qui y est indiqué a disparu par exemple.
Repost 0
Published by pascal - dans angola
commenter cet article