Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 22:57
Si vous venez au Brésil, vous serez surement surpris - en tant que français habitués à des normes de sécurité strictes - par les douches électriques.
Ci-dessus un exemple classique dans une pousada. On y voit les branchements sortir du pommeau de douche. L'eau passe donc à 3 mm des fils alors qu'en France il serait à 3 m !
Quand on tourne le robinet, il arrive que l'on reçoive un petit coup de jus. Il est d'autre part fortement déconseillé de changer la position du bitoniot qui gère la température de l'eau :
- inverno (hiver) pour avoir de l'eau 'chaude'
- verão (été) pour de l'eau tiède
- et desliga (éteind) pour de l'eau froide.
Cependant cela est très pratique (pas de cumulus gaspillant de l'espace et de l'énergie électrique).
Je ne m'étendrai pas sur le tuyau latéral du chuveiro eletrico qui permet de se laver l'arrière-train.
Repost 0
Published by pascal - dans société
commenter cet article
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 14:57
Voici mon immeuble il y a environ 3 ans quand il est sorti de terre. Il est bien au centre.
Depuis une quinzaine d'autres immeubles est née autour. Dernièrement un pousse à moins de 10m de ma fenêtre. La croissance est d'environ 1 étage toutes les 2 semaines. Ce bon rythme est maintenu grâce à une technique de construction révolutionnaire : les ouvriers charpentiers scient, clouent, etc une coque de bois où sont placés les tiges d'acier puis il reste plus qu'à faire venir plusieurs camions de ciment pour couler le tout.
Et voilà le résultat :

Repost 0
Published by pascal - dans société
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 03:20
Ce nouvel article constitue une suite à un ancien.
Je viens de faire aussi une traduction sur les langues angolaises : http://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_d%27Angola
J'ai fini cette carte après un certain temps passé dessus. On y trouve les différents idiomes avec à coté le nombre de locuteurs (en kilo).
En foncé, ce sont les langues non bantoues (khoisanes ou d'origine inconnue). Le reste en blanc représente la partie banthoue. On ne remarque qu'une langue à clic : le !o!ung (d'où les points d'exclamation) qui est très peu pratiquée).
Les données démographiques datent un peu parfois vu qu'elles découlent de recensements effectués entre 1990 et 2001. Celles-ci proviennent du site http://www.ethnologue.com. Je rappelle qu'aujourd'hui l'Angola compte près de 13 millions d'habitants.

Quand on compare les 3 cartes ci-dessus, on remarque qu'il y a de nombreuses différences. Ces 2 dernières manquent peut-être d'actualisation vu que le Kwisi qui y est indiqué a disparu par exemple.
Repost 0
Published by pascal - dans angola
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 00:14
Ce 'parque' de la capitale du Parana est dédié à l'immigration polonaise de Curitiba. Il s'appelle donc le parc Jean-Paul II. Situé autour du musée Oscar Niemeyer, on y trouve des petites maisons polonaises, des kiosques de patisseries polonaises, des restaurants d'art culinaire polonais. Pour ce qui n'ont toujours pas compris, c'est très polonais ! D'ailleurs on peut voir sur le site de la ville (http://www.curitiba-parana.net/parques/papa.htm) que même miss poland année 200x est venue fouler l'herbe verte du bosquet.
Quelques jours avant, 2 événements ont marqué le parc : la Paques polonaise (Swieconka) et la commémoration de la mort du pape.
1 = bar sympa ; 2 = pelouse cool ; 3 = bosque do papa ; 4 = musée oscar niemeyer

Mais le meilleur endroit du parc se trouve en face d'un petit bar où tous les dimanches il y a le même groupe musical qui joue de la polka...blague ! Il joue du blues. Ni la bière ni la musique valent vraiment le coup. Seule l'ambiance 'bonne enfant' avec plein de gens allongés sur l'herbe, d'autres jonglant, certains gratant,... est vraiment appréciable quand le soleil est de la partie.

Voilà 2 photos avec Emerson et Chezão qui expliquent comment être peinardement assis sur une pelouse.
Repost 0
Published by pascal - dans voyage
commenter cet article
5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 14:53
POLEMIQUE
Comme vous pouvez le remarquer, je mets de nombreux liens vers l'encyclopédie gratuite et participative qu'est Wikipedia. Je contribue un petit peu à la rédaction d'articles. Je suis donc un acteur plus ou moins compétent de cette entreprise quelque peu utopique. Je pense que davantage de personnes devraient en faire autant.
Cependant il faut être conscient des travers du wiki (= système de gestion collaboratif de contenu de site web) le plus visité au monde. Le point a mis en ligne un article très intéressant sur ce sujet : http://www.lepoint.fr/actualites-societe/wikipedia-une-encyclopedie-pas-si-net/920/0/189153

COMPARAISONS
Je me suis ensuite intéressé aux différentes versions d'un même sujet. J'ai donc regardé l'article sur la vulve en français, en anglais, en espagnol, en arabe, en allemand, en russe, en turc, en latin, en hébreux, en esperanto, en occitan, en thaï, en chinois, en grec, en italien, etc. Il y a en tout 52 versions.
Pourquoi la vulve me direz-vous ? Cela est simple car c'est un sujet à la fois sexuel, médical, social, artistique... On peut ainsi remarquer que dans certaines langues il n'y a aucune illustration - comme par exemple l'arabe ou l'hébreux.
Cette comparaison entre langues met en évidence que :
- l'importance du nombre de locuteurs est souvent proportionnelle à la qualité de l'article,
- le sujet est traité de façon différente selon la culture.
Cette encyclopédie est donc la plus objective possible c'est-à-dire un peu subjective !
Pour ma part, j'ai préféré la version française mais l'anglaise est pas mal non plus. Mais là encore je suis comme Wikipedia d'une objectivité relative.

NOMBRE D'ARTICLES
Enfin j'ai cherché davantage d'informations sur les langues usitées sur Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia#Nombre_de_langues
Il y a ainsi 265 éditions mais qu'une centaine vraiment actives (voir la liste complète). Sur le podium, on trouve :
- médaille d'or : l'anglais,
- médaille d'argent : l'allemand,
- médaille de bronze : le français.
Ce classement est peu surprenant bien qu'il soit probable qu'il change à l'avenir pour laisser davantage de place au chinois par exemple.
J'ai été surpris en revanche de la place du polonais qui reçoit la médaille en chocolat. Ainsi je me suis dirigé vers une autre liste qui prend aussi en compte la qualité des articles. Dans ce nouveau classement, le polonais passe en 10ième position et cède logiquement sa place à l'espagnol.

TAUX DE CROISSANCE
Toujours plus loin dans cette recherche : il est possible de faire un classement en fonction du taux de croissance d'une langue. Sur les marches, il y a :
- en 1 : l'hindi
- en 2 : l'arabe égyptien
- en 3 : le russe
Le français arrive en 8ième derrière le catalan et l'aragonais tandis que l'anglais n'est même pas dans le top 40 (quant à l'allemand, j'ai renoncé à compter!).

TOP TEN
Le classement du taux de croissance des 10 langues (il n'y en a que 10!) qui ont déjà plus de 20000 articles de qualité (l'anglais en a un peu plus de 50000) est :
1 : le russe ; 2 : le srilankais ; 3 : le français ; 4 : l'italien ; 5 : le chinois ; 6 : l'anglais ; 7 : l'espagnol ; 8 : le pashto (afghanistan) ; 9 : l'allemand ; 10 : le créole espagnol des Philippines
Plusieurs points sont sidérants :
- Les langues les plus parlées ne possèdent pas toujours plus de 20000 articles. Le portugais (avec 215 millions de locuteurs soit en 7ième position) en a 19202.
- Des langues comme le srilankais (19 millions de locuteurs) ou le pashto (40 millions) ou le créole espagnol des philipines (607000) sont dans ce top 10 !
Je reste stupéfait et sceptique. Il n'y a d'ailleurs pas d'article en français sur ce créole dont j'ignorais totalement l'existence.

Tout ceci dépend évidemment de l'importance que l'on donne à Wikipedia, source de connaissances en libre accès. Je continuerai en ce qui me concerne à essayer de maintenir le français sur les divers podiums.

NB : je donnerai surement une suite à cet article car je n'ai plus le temps avec ce soleil magnifique de traiter de nombreuses autres données fort intéressantes.
Repost 0
Published by pascal - dans société
commenter cet article
5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 13:09
Au cours d'une promenade avec pique-nique dans le parc Barigui, une discussion s'est suspendue quelques instants sur 2 mots : racaille et sagouin.

Je m'étendrai pas sur ce mot 'racaille' tristement célèbre en raison d'une phrase prononcée par un ex-ministre de l'intérieur (dont on ignore maintenant son devenir). La notoriété de ce mot a surement été à l'origine de l'article de Wikipedia qui est impressionnant : http://fr.wikipedia.org/wiki/Racaille

Le mot 'sagouin' est apparu dans la conversation en raison de la présence de petits singes. Ale une brésilienne les a rapidement identifié en disant qu'il s'agissait de 'sagui'.
Ces singes de très petite taille se retrouvent au sommet du pain de sucre à Rio (voir ci-dessus) ou dans les campings de l'Ilha Grande (voir ci-dessous) ou au coeur de Curitiba.
Ils sont peu craintifs et on peut facilement leur offrir une banane. Enfin tout cela pour dire que le mot 'sagouin' vient bien de ce primate. Son origine est tupi. Le tupi est une langue qui est parlée par quelques tribus d'indiens d'Amérique de Sud (http://fr.wikipedia.org/wiki/Tupi).
De nombreux mots désignant des animaux et des végétaux sont passés dans la langue brésilienne et française. Les Bulletins et Mémoires de la Société Française d'Anthropologie répertorient ces mots : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bmsap_0037-8984_1919_num_10_1_8874

NB : Persée est un site fabuleux où sont mises en ligne (sous forme de pdf ou en flash) des nombreuses revues scientifiques (sciences humaines et sociales).
Repost 0
Published by pascal - dans voyage
commenter cet article
4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 13:03
Jeudi soir, j'ai fait une petite session cinéma avec Emerson le brésilien, Nils l'allemand, Rafet le turc, Sori la coréenne et Cissa la brésilienne. Nous avons regardé 'O Estomago' c'est-à-dire L'Estomac.

Je viens de rédiger le synopsis dans Wikipedia (http://fr.wikipedia.org/wiki/O_est%C3%B4mago) :

Le film montre en parallèle deux périodes de la vie Raimundo Nonato (João Miguel Leonelli): une période montrant sa carrière de cuisinier, l'autre en tant que prisonnier dans une cellule d'une dizaine de détenus. Petit à petit le film éclaircit le fait que la prison est la période la plus récente. Le spectateur se demande alors comment Raimundo - qui paraît au début un peu simplet - termine en prison.

La période en tant que cuistot commence quand il arrive en bus dans la grande ville de Curitiba, sans avoir d'endroit pour dormir ni d'argent pour manger. Il mange des coxinhas (se prononce 'cochignasse') c'est-à-dire des beignets de poulet dans une lanchonete (= snack bar) et doit faire la vaisselle pour payer sa dette de 3 reais (= 1 euro). Le patron de ce snack sordide, Zulmiro, l'embauche sans salaire mais en lui donnant le gite et le couvert. Il cuisine tellement bien que rapidement il attire une large clientèle. Il sympathise avec une prostituée Iria qui est obsédée par la nourriture et qui contre celle-ci offre quelques passes. Raimundo est très jaloux et il devient vite violent quand il boit. Dans un bar (un ami brésilien Emerson dit qu'il s'agit du 'tropicaliente') où Iria fait des stripteases, il perd la tête et tente d'agresser un client mais il est attrapé par les videurs qui lui font sa fête. Après s'être rétabli, Nonato (c'est son surnom) est débauché et commence à bosser dans un restaurant italien où il apprend la vraie cuisine avec le patron Giovanni. Un jour il découvre que Giovanni a aussi une relation avec Iria. Il est fou de rage et boit alors une bonne bouteille de vin italien... suspense... Il accompagne cela d'un excellent 'filet mignon'.

Dans la cellule il y a une hiérarchie avec Bujiú (Babu Santana) au sommet. La nourriture est infâme et Nonato est assigné à l'arranger. Il le fait tellement bien qu'il gravit les échelons de cette hiérachie qui se retrouve dans l'assignation des lits. Néanmoins Bujiú refuse de manger du gorgonzola, du carpaccio et les fricassés de fourmis collectées directement dans la prison. Les autres ingrédients sont fournis par les matons. Un caïd Etcetera (Paulo Miklos) arrive. Il est respecté par les autres détenus et Bujiú decide d'organiser un grand repas dans la cuisine principale de la prison. C'est très chère mais Bujiú estime que c'est un bon investissement pour garder son statut... suspense... Nonato devient le chef de sa cellule mais Etcetera, lui, a sa propre cellule...



Ce film est très bon en raison des personnages haut en couleur qui parle le langage de la rue. L'histoire elle même est bien construite et nous fait réfléchir sur le pouvoir de la nourriture et l'importance de cet organe qu'est l'estomac (un organe situé à égale distance de notre cerveau et de notre sexe) :

Uma fabula nada de infantil sobre poder, sexo e gastronomia
Une histoire loin d'être infantil sur le pouvoir, le sexe et la gastronomie

Ce film a eu de nombreux prix comme on peut le constater sur le site officiel : http://www.estomagoofilme.com.br/english/index.htm
Il y a même en ligne sur ce même site  toutes les recettes évoquées dans le film... y compris les pennes alla puttanesca (http://www.estomagoofilme.com.br/download/livro_receitas.pdf)

Repost 0
Published by pascal - dans société
commenter cet article
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 01:06
Oasis fait une tournée au Brésil (à Rio le 7 mai, à São Paulo le 9, à Curitiba le 10 et à Porto Alegre le 12). Les prix sont de 200 à 400 R$ soit 65 à 130 euros à Curitiba.
Or le salaire minimum brésilien est de 415 R$ (http://www.portalbrasil.net/salariominimo.htm). Ce dernier varie ensuite selon les états et il est par exemple de 527 R$ dans le Parana.
Ainsi une place au concert du groupe anglais coute une moitié de SMIC à un SMIC quasi entier (http://fr.wikipedia.org/wiki/SMIC). Il faut imaginer que si l'on avait l'équivalent en France cela ferait de 500 à 1000 euros. Il n'y aurait - je pense - pas salle comble.
Ici oui ! Remarquons d'ailleurs que les concerts n'ont lieu qu'au sud du Brésil, là où se concentrent les richesses ou plutôt les riches du pays.
Rappelons que l'indice Gini du Brésil est relativement fort : 0,6 (pour comparer, la France est à 0,3). Cet indice mesure en fait le degré d'inégalité dans la répartition des salaires. Quand cet indice est égale à 0, il y a égalité parfaite (tout le monde a le même salaire) et quand il est égale à 1, c'est l'injustice totale (un a tout et les autres rien).


     < 0.25      0.25 - 0.29      0.30 - 0.34      0.35 - 0.39      0.40 - 0.44      0.45 - 0.49      0.50 - 0.54      0.55 - 0.59      > 0.60      N.A.

Ne faisons tout de même pas un procès à Oasis car ce ne sont pas les seuls :
- les américains Kiss vont facturer de 175 à 350 R$ ;
- notre chanteur français, Charles Aznavour, a demandé de 150 à 500 R$ (il a la palme !) ;
- pour Seal c'était de 150 à 400 R$ ;
- etc.

Ensuite il ne faut pas que je pense au fait que je dépense en moyenne 100 R$ pour 2 personnes dans les restaurants brésiliens soit 35 euros et surtout soit un quart du salaire minimum brésilien.
Enfin je ne me dirige pas vers un pays plus égalitaire. L'angola est bien foncé sur la carte si dessus. Espérons que les 92 % de croissance de l'économie angolaise sur les 4 dernières années donneront des couleurs plus douces à cette région de l'Afrique.
Repost 0
Published by pascal - dans société
commenter cet article
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 00:52
Le musée de l'oeil (museu do olho) ou MON (http://www.pr.gov.br/mon/) est LE musée d'art de Curitiba. Ce complexe architectonique conçu par le célèbre Oscar Niemeyer a la forme d'un oeil. L'architecte a plus de 100 ans, s'est marié 3 ans plus tôt et continue à travailler en bon communiste félicité par Castro (http://fr.wikipedia.org/wiki/Oscar_Niemeyer).


Tous les 6 mois environ, les expositions sont renouvelées et sont d'assez bonne qualité. Aujourd'hui j'y suis donc retourné pour voir une expo sur les paysages (tableaux venant du musée de Mexico) et une autre sur une collection privée contenant de nombreux ouvrages de Portinari. Ce dernier est un grand peintre brésilien qui malheureusement sur Wikipedia en français n'a que quelques lignes. C'est pour cela que je me suis décidé à étoffer l'article qui lui est consacré : http://fr.wikipedia.org/wiki/Candido_Portinari


L'intérieur de l'oeil est un vaste espace qui met en valeur toute oeuvre et qui est recouvert d'une rétine dont pendouillent des récepteurs blancs. Voilà un dessin de Poty, artiste présent dans tout Curitiba :

Repost 0
Published by pascal - dans voyage
commenter cet article
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 13:54

Pour les habitants du Parana (1 des 3 états de la région sud) :
- le Santa Catarina, c'est les plages et l'oktoberfest de la ville de Blumenau. Eh oui, il y a des villes au Brésil totalement allemandes, autrichiennes, polonaises ou ukrainiennes. Ainsi la célèbre fête de la bière de Munich existe au pays de la samba et on parle allemand quelques villages.
- le Rio Grande do Sul, c'est les balles (de futebol probablement). Les gauchos (habitants de cet état) jouent au foot et supportent 2 clubs de Porto Alegre (la capitale célèbre pour son ancien forum social) : le Grêmio ou le SP Internacional (champion du monde 2006).
- l'état de São Paulo est industriel, pollué et embouteillé. La vérité est plutôt que cet état est le coeur de l'économie brésilienne (40 millions d'habitants, 1/3 du PIB national). Son drapeau copié sur celui des USA est noir et très moche (dire que celui du Brésil a failli y ressembler aussi - cela aurait été dommage).
- l'état de Rio, c'est Samba et favelas. La carte ne mentionne pas l'insécurité trop médiatisée de la ville mythique de Rio de Janeiro.
- le Minas Gerais, c'est le pão de queijo (petite boule de pain au fromage). Cet état est un pan important de l'histoire brésilienne lié à la très ancienne ruée vers l'or. Les villes y sont coloniales avec des églises recouvertes d'or. Il y a une forte culture culinaire.
- Le Espirito Santo, qui connaît cet état ?
- Le Goias, c'est le duo de la musique sertaneja (musique rural, sorte de country music).
- Le Salvador, c'est le axé (il faut dire aché), une musique née du candomblé (religion afro-brésilienne) et du carnaval, et évidemment la paresse.
- Au dessus du Salvador, c'est dans la même continuité avec des plages, des déserts (eh oui il y a des zones désertiques au Brésil) et des vendeurs de hamac.
- Quant au reste, c'est la brousse, la forêt et les indiens... c'est-à-dire l'Amazonie.
- Il ne faut pas oublier l'image très négative de Brasilia, la capitale du pays où siège le gouvernement qui vole au sud riche pour donner au nord pauvre. Je ne suis pas sûr que le mot 'solidarité' existe dans le dictionnaire curitibain.

Cette carte représente bien ce que pense la majorité des habitants du parana !
Repost 0
Published by pascal - dans société
commenter cet article