Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 04:23

Chorando se foi quem um dia só me fez chorar
Chorando se foi quem um dia só me fez chorar

Chorando estará, ao lembrar de um amor
Que um dia não soube cuidar
Chorando estará, ao lembrar de um amor
Que um dia não soube cuidar

A recordação vai estar com ele aonde for
A recordação vai estar pra sempre aonde eu for

Dança, sol e mar, guardarei no olhar
O amor faz perder encontrar

Lambando estarei ao lembrar que este amor
Por um dia um instante foi rei

A recordação vai estar com ele aonde for
A recordação vai estar pra sempre aonde eu for

Chorando estará ao lembrar de um amor
Que um dia não soube cuidar
Canção, riso e dor, melodia de amor
Um momento que fica no ar

Ai, ai, ai
Dançando lambada

En pleurs il s'en est allé celui pour qui j'ai pleuré tout un jour

En pleurs il s'en est allé celui pour qui j'ai pleuré tout un jour


En pleurs je serai à la réminiscence d’un amour

Qu’un jour on n’a su garder

En pleurs je serai à la réminiscence d’un amour

Qu’un jour on n’a su garder


Le souvenir sera avec lui où qu’il soit

Le souvenir restera pour toujours où que je sois


Danse, soleil et mer, je garderai dans le regard

L’amour fait perdre le goût de rencontrer


En dansant la lambada je me rappelle de cet amour

Qui un jour un instant a été roi


Le souvenir sera avec lui où qu’il soit

Le souvenir restera pour toujours où que je sois


En pleurs je serai à la réminiscence d’un amour

Qu’un jour on n’a su soigner

Chanson, rire et douleur, mélodie d’amour

Un moment qui reste en l’air


Ai, ai, ai

En dansant la lambada

Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 03:31
Le projet TAMAR (tartarugas marinhas = tortues marines) représente une organisation brésilienne à but non lucratif qui a pour objectif de protéger les tortues et par extension la vie marine. Il fait partie de l'IBAMA (Instituto brasileiro do meio ambiante = institut brésilien de l'environnement) et est financé par la Petrobras (= petroleo brasileiro SA c'est-à-dire l'équivalent de notre 'Total').
Plus d'une vingtaine de bases de protection sont disposées le long des côtes brésiliennes. Depuis 1980, plus de 8 millions de tortues ont été relachées par le TAMAR.



Comme on peut le remarquer dans la vidéo ci-dessus, les tortues portent des bagues sur les nageoires antérieures et de nombreuses données sont collectées par les scientifques. Il y a des postes d'observation sur de nombreuses plages dont celle de la praia do leão (= plage du lion) sur l'île de Fernando de Noronha (le code du cadenas est facile à trouver vu que j'ai réussi à ouvrir l'abri!) :
Les sites de ponte sont ainsi marqués par des petits poteaux rouges. On repère facilement ces endroits surtout quand la tortue est grosse et laisse une dépression dans le sable d'autant plus importante.
De nombreuses éclosions ont lieu sous l'oeil des animateurs du projet et des touristes. Un petit film en portugais montre tout ça : http://www.youtube.com/watch?v=TG3H2rmsTHQ
Repost 0
Published by pascal - dans voyage
commenter cet article
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 21:15

Ah, insensatez que você fez
Coração mais sem cuidado
Fez chorar de dor o seu amor
Um amor tão delicado

Ah, por que você foi fraco assim
Assim tão desalmado
Ah, meu coração, quem nunca amou
Não merece ser amado

Vai, meu coração, ouve a razão
Usa só sinceridade
Quem semeia vento, diz a razão
Colhe sempre tempestade

Vai, meu coração, pede perdão
Perdão apaixonado
Vai, porque quem não pede perdão
Não é nunca perdoado

Ah, folie que tu as faite

Cœur sans plus d’attention

Tu as fait pleurer de douleur ton amour

Un amour si délicat


Ah, pourquoi as tu été nul ainsi

Ainsi tant sans âme

Ah, mon cœur, qui n’a jamais aimé

Ne mérite pas d’être aimé


Va, mon cœur, écoute la raison

Sois seulement sincère

Qui sème le vent, dit la raison

Récolte toujours la tempète


Va, mon cœur, demande pardon

Un pardon passionné

Va, parce que qui ne demande pas pardon

N’est jamais pardonné

Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 20:54

Toda menina baiana tem um santo

Que deus dá

Toda menina baiana tem encanto

Que deus dá

Toda menina baiana tem um jeito

Que deus dá

Toda menina baiana tem defeitos também

Que deus dá.

Que deus deu

Que deus dá.

Que Deus entendeu de dar a primazia

Pro bem, pro mal

Primeira mão na bahia

Primeira missa

Primeiro índio abatido também

Que deus deu.

Que Deus entendeu de dar toda magia

Pro bem, pro mal

Primeiro chão na bahia

Primeiro carnaval

Primeiro pelourinho também

Que deus deu.

A, a, a, a, que Deus deu...

Ô, ô, ô, que Deus dá...

Toute fille bahianaise a un saint

Que dieu donne

Toute fille bahianaise a l’enchantement

Que dieu donne

Toute fille bahianaise a une manière

Que dieu donne

Toute fille bahianaise a des défauts aussi

Que dieu donne

Que dieu a donné

Que dieu donne

Que dieu a voulu donner la primauté

Pour le bien, pour le mal

Première main à Bahia

Première messe

Première indien tué aussi

Que dieu a donné

Que dieu a voulu donner toute magie

Pour le bien, pour le mal

Premier sol à Bahia

Premier carnaval

Premier pilori aussi

Que dieu a donné

A, a, a, a, que dieu a donné

O, o, o, que dieu donne

Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 20:26
C'est la musique de ma pub préférée !


Essa moça tá diferente
Já não me conhece mais
Está pra lá de pra frente
Está me passando pra trás
Essa moça tá decidida
A se supermodernizar
Ela só samba escondida
Que é pra ninguém reparar
Eu cultivo rosas e rimas
Achando que é muito bom
Ela me olha de cima
E vai desinventar o som
Faço-lhe um concerto de flauta
E não lhe desperto emoção
Ela quer ver o astronauta
Descer na televisão
Mas o tempo vai
Mas o tempo vem
Ela me desfaz
Mas o que é que tem
Que ela só me guarda despeito
Que ela só me guarda desdém
Mas o tempo vai
Mas o tempo vem
Ela me desfaz
Mas o que é que tem
Se do lado esquerdo do peito
No fundo, ela ainda me quer bem

Essa moça tá diferente (etc.)

Essa moça é a tal da janela
Que eu me cansei de cantar
E agora está só na dela
Botando só pra quebrar

Mas o tempo vai (etc.)

Cette demoiselle est différente

Je ne la reconnais plus

Elle vient d’en face

Elle me passe devant

Cette fille est décidée

A se supermoderniser

Elle danse seulement une samba cachée

Que personne ne perçoit

Je cultive des roses et des rimes

Pensant que c’est bon

Elle me regarde de haut

Et va désinventer le son

Je lui fait un concert de flûte

Et je ne lui éveille aucune émotion

Elle veut voir un astronaute

Descendre de la télévision

Mais le temps va

Mais le temps vient

Elle me défait

Mais ce qu’il y a

C’est seulement qu’elle maintient son dépit

C’est seulement qu’elle garde son dédain

Mais le temps va

Mais le temps vient

Elle me défait

Mais ce qu’il y a

C’est qu’au coté gauche de sa poitrine

Au fond elle m’aime encore bien


Cette demoiselle est différente (etc.)


Cette demoiselle est celle de la fenêtre

Sous laquelle je me fatigue à chanter

Et maintenant je reste à celle-là

Jouant seulement pour "casser la baraque"


Mais le temps va (etc.)

Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 20:37
Eh oui, un logiciel générant des ultrasons permet de chasser les moustiques. C'est un freeware disponible en cliquant ici. Je pense que ce dernier ne marche que sur les unités centrales et non pas les portables. En effet, sur le mien, un petit bruit régulier apparaît. Peut-être y a-t-il une sorte de saturation ?

Sinon votre ordinateur peut servir aussi à lutter contre le paludisme et le moustique anophèle en téléchargeant un logiciel qui permet l'utilisation des potentialités de votre processeur quand l'ordinateur est en veille afin de faire des calculs qui pourraient prendre sinon plus de 40 ans.
Repost 0
Published by pascal - dans voyage
commenter cet article
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 00:33

Comme vous pouvez le constater, l'Angola est un pays sévèrement touché par l'horreur des mines anti-personnel. Ce problème est bien développé dans 2 dossiers, un sur le site de la diplomatie française et l'autre sur handicap international.
Encore une fois 3 pays membres du conseil de sécurité de l'ONU - les USA, la Russie et la Chine - n'ont pas ratifié la convention d'Ottawa c'est-à-dire le traité visant à interdire l'usage de mines et BASM.

L'angola est un pays dont le nombre de morts et d'amputés ne cessent d'augmenter. Pour redonner de la dignité aux mutilés, un concours de miss landmine a été organisé. Cela semble morbide mais on peut comprendre le désir d'une nation de ne pas rendre tabou un tel désastre qui touche toute la société.
La carte ci-dessus issue d'une étude de 2007 montre en détail l'impact des mines sur les communautés angolaises. Les tableaux dénombrent les terres agricoles ou non devenues impraticables, les patûrages abandonnés, les routes à éviter, les infrastructures où il ne faut pas aller, les lacs où il ne faut nager... et bien sûr les morts et blessés.
Je compile ci-dessous l'impact des mines en fonction de la densité de population :

Près de 26 360 mines anti-personnel (sur une surface de 23 293 mètres carrés longeant 2 000 km de routes et 230 km de chemin de fer) ont été désamorcées depuis mars 2007. Mais il y resterait 5 millions de mines ce qui donnent du travail aux démineurs pendant au moins 200 ans.
Repost 0
Published by pascal - dans angola
commenter cet article
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 04:04
LES MOUSTIQUES
Il y en a plus de 3500 espèces. Ils sont vecteurs de maladies comme le paludisme, la fièvre jaune, la dengue, etc. Suivant les régions du Brésil, ils attaquent plutôt le matin, la fin d'après-midi ou le début de soirée. Parfois c'est 24 horas pour le plus grand plaisir de tous.
Il faut avouer que leur pièce buccale de type piqueur-suceur génère une piqûre peu douloureuse. Le bruit que le moustique fait en volant et agaçant. Puis il y a la démangeaison... Mais...

LES BURRACHUDOS, c'est pire !
Quand ces petites mouches (de 1 à 5 mm) piquent, on le sent ! Souvent une petite goutte de sang perle au niveau de l'endroit où l'animal a foré. Quel gâchis de bon sang ! Puis ça peut gratter après 2 semaines.
En plus de cela, les sales bêtes véhiculent en Afrique et Amérique centrales 'la cécité des rivière' c'est-à-dire une maladie due à un vers nématode qui rend aveugle.

LES POLVORAS (ou 'brûlot')
La nuit vous soupoudre de ces minuscules mouches (moins de 3 mm) qui vous piquent sans que vous ne puissiez riposter en raison de la taille et du nombre.

Je ne parlerais pas du BUTUCA (autrement appelé en français le taon)...
Repost 0
Published by pascal - dans voyage
commenter cet article
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 02:17
Je ne vais pas m'étendre sur l'histoire du beau drapeau du Brésil qui est évoquée dans un article précédent et que l'on peut consulter sur wikipedia. Mais je vais plutôt parler du drapeau de l'état de São Paulo dans lequel on retrouve clairement l'influence du drapeau des Etats-Unis.


Rappelons que le drapeau de la République du Brésil a été initialement le suivant :



6 autres états du Brésil présentent plus ou moins des similitudes avec le 'stars and stripes' américain comme le Goias, le Piaui, le Maranhão, le Sergipe, Bahia et l'Amazonas.
Julio Ribeiro, écrivain brésilien, a dit à propos du drapeau paulista qu'il symbolise la génèse du peuple brésilien fait de 3 'races' - blanche, noire et rouge. Les 4 étoiles autour du globe dans lequel apparaît le profil géographique du pays représentent la Croix du Sud, la constellation qui indique les latitudes australes...
Enfin il est tout de même un peu laid ce drapeau! Cependant il prend une autre dimension quand on aborde l'histoire. Il a été adopté tardivement : en 1946.
Pourquoi si tard ? Car il a été interdit par le président dictateur Vargas.
Pourquoi le prohiber ? Car il représentait la révolution de 32, mouvement contre le gouvernement provisoire de Vargas!
Repost 0
Published by pascal - dans société
commenter cet article
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 23:56
Sur ilha Bela (état de São Paulo), il y a de belles plages, une végétation luxuriante et des cachoeiras en pagaille dont celle de la Toca. Il faut payer 10 reais pour y accéder. Mais après s'être enduit de repelente (=répulsif) naturel, on peut profiter de la douche qui décape et du toboggan qui envoie !

Repost 0
Published by pascal - dans voyage
commenter cet article