Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 00:10


Vai tua vida,
Teu caminho é de paz e amor
Vai tua vida
E uma linda canção de amor
Abre os teus braços
E canta a última esperança
A esperança divina de amar em paz

Se todos fossem iguais a você
Que maravilha viver
Uma canção pelo ar,
Uma mulher a cantar
Uma cidade a cantar,
A sorrir, a cantar, a pedir
A beleza de amar
Como o sol,
Como a flor,
Como a luz
Amar sem mentir,
Nem sofrer

Existiria verdade,
Verdade que ninguém vê
Se todos fossem no mundo iguais a você
Que ta vie aille,
Ton chemin est de paix et d'amour
Que ta vie aille
C'est une belle chanson d'amour
Ouvre tes bras
Et chante l'ultime espoir
L'espoir divin d'aimer en paix

Si tous étaient égaux à toi
Quelle merveille serait de vivre
Une chanson dans l'air,
Une femme à chanter
Une ville à chanter,
Un sourire, un chant, une demande
La beauté d'aimer
Comme le soleil,
Comme une fleur,
Comme une lumière
Aimer sans mentir,
Ni souffrir

La vérité existerait,
La vérité que personne ne voit
Si tous étaient dans ce monde égaux à toi
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 23:14


Minha vida era um palco iluminado
Eu vivia vestido de dourado
Palhaço das perdidas ilusões
Cheio dos guizos falsos da alegria
Andei cantando a minha fantasia
Entre as palmas febris dos corações
Meu barracão no morro do Salgueiro
Tinha o cantar alegre de um viveiro
Foste a sonoridade que acabou
E hoje, quando do sol, a claridade
Forra o meu barracão, sinto saudade
Da mulher pomba-rola que voou
Nossas roupas comuns dependuradas
Na corda, qual bandeiras agitadas
Pareciam estranho festival!
Festa dos nossos trapos coloridos
A mostrar que nos morros mal vestidos
É sempre feriado nacional
A porta do barraco era sem trinco
Mas a lua, furando o nosso zinco
Salpicava de estrelas nosso chão
Tu pisavas os astros, distraída,
Sem saber que a ventura desta vida
É a cabrocha, o luar e o violão
Ma vie était une scène illuminée
Je vivais vêtu de doré
Clown des illusions perdues
Plein des grelots faux de l'allégresse
J'ai marché chantant dans mon costume
Entre les applaudissements fébriles des coeurs
Ma barraque sur la colline du Salgueiro
Avait le chant joyeux d'un vivier
Tu as été la sonorité qui s'est tue
Et aujourd'hui, quand du soleil, la clareté
Sort de ma barraque, je ressens le manque
D'une femme tourterelle qui s'est envolée
Nos vêtements communs étendus
Sur la corde à linge, quels drapeaux agités
Paraissaient un étrange festival!
La fête de nos guenilles colorées
Sur nos collines mal habillées
est toujours un jour férié
La porte de mon refuge était sans serrure
Mais la lune, trouant notre toit de tôle
Soupoudrait d'étoiles le sol
Tu marchais sur les astres, distraite,
Sans savoir que l'aventure de cette vie
est la cabrocha, le clair de lune et la guitare

La saudade n'est pas la nostalgie (a nostalgia), n'est pas le manque (a falta),... C'est un mélange de beaucoup de choses relatives à un état de tristesse plus ou moins profonde dû à un l'absence d'une personne, d'un lieu,... C'est donc intraduisible.
La cabrocha est la femme qui aime danser la samba, participer aux défilés carnavalesques,...
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 22:57


Eu sei que vou te amar
Por toda a minha vida eu vou te amar
A cada despedida eu vou te amar
Desesperadamente
Eu sei que eu vou te amar

E cada verso meu será pra te dizer
Que eu sei que vou te amar
Por toda a minha vida

Eu sei que vou chorar
A cada ausência tua eu vou chorar
Mas cada volta tua há de apagar
O que essa ausência tua me causou

Eu sei que vou sofrer
A eterna desventura de viver
A espera de viver ao lado teu
Por toda a minha vida
Je sais que je vais t'aimer
Pour toute ma vie je vais t'aimer
A chaque départ je vais t'aimer
Désespérément
Je sais que je vais t'aimer

Et chacun de mes vers sera pour te dire
Que je sais que je vais t'aimer
Pour toute ma vie

Je sais que je vais pleurer
A chacune de tes absences je vais pleurer
Mais chacun de tes retours effacera
ce que ton absence m'aura causé

Je sais que je vais souffrir
De l'éternelle mésaventure de la vie
De l'attente de vivre à ton coté
Pour le reste de mes jours
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 02:42


Le forro est populaire au Brésil. Dans toute grande ville brésilienne, vous trouverez un lieu pour le danser.  Il ne faut pas passer à coté d'une soirée accordéon!
le mot 'forro' viendrait de l'anglais 'for all' en raison des soldats américains allant en Afrique et en transit au Brésil.

Quando olhei a terra ardendo
Qual fogueira de são joão
Eu perguntei a deus do céu
Por que tamanha judiação?

Que braseiro, que fornalha
Nem um pé de plantação
Por falta d'água perdi meu gado
Morreu de sede meu alazão

Até mesmo a asa branca
Bateu asas do sertão
Então eu disse adeus rosinha
Guarda contigo meu coração

Hoje longe muitas léguas
Numa triste solidão
Espero a chuva cair de novo
Pra eu voltar pro meu sertão

Quando o verde dos teus olhos
Se espalhar na plantação
Eu te asseguro não chores não, viu?
Que eu voltarei, viu, meu coração

Quand j’ai regardé la terre ardente

Du feu de la saint jean

J’ai demandé au dieu du ciel

Pourquoi une telle injustice ?


Quel brasier, quel fourneau

Sans un pied de plantation

Par manque d’eau j’ai perdu mon bétail

Est mort de soif mon cheval


Jusqu’à même l’aile blanche

A battu les ailes du sertão

Alors j’ai dit adieu petite rose

Garde avec toi mon cœur


Aujourd’hui éloigné de nombreux lieux

Dans une triste solitude

J’attends que la pluie tombe de nouveau

Pour rentrer dans mon sertão


Quand le vert de tes yeux

S’éparpille dans la plantation

Je te rassure ne pleure pas, d’accord ?

Quand je rentrerai, d’accord, mon coeur

Le sertão est à la fois une région pauvre au nord du Brésil et un type de végétation caractéristique de cette zone aride. Il y a de nombreuses histoires nordestines venant de là-bas : la plus fameuse est celle de Lampião que l'on retrouve souvent dans la littérature de cordel.
De plus, la musique sertaneja  (c'est-à-dire du sertão) est l'équivalent brésilien de la country music. Elle est aussi très populaire dans tout le Brésil.
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 01:34

Meu coração
Não sei porque
Bate feliz, quando te vê
E os meus olhos ficam sorrindo
E pelas ruas vão te seguindo
Mas mesmo assim, foges de mim
Ah! Se tu soubesses
Como sou tão carinhoso
E muito e muito que te quero
E como é sincero o meu amor
Eu sei que tu não fugirias mais de mim

Vem, vem, vem, vem
Vem sentir o calor
Dos lábios meus
À procura dos teus
Vem matar esta paixão
Que me devora o coração
E só assim então
Serei feliz, bem feliz

Mon cœur

Je ne sais pas pourquoi

Bat heureux, quand il te voit

Et mes yeux restent souriant

Et par les rues ils vont te suivre

Mais tu me fuis quand même

Ah ! si tu savais

Comme je suis plein de caresses

Et que je t’aime beaucoup beaucoup

Et comme est sincère mon amour

Je sais que tu ne me fuirais plus


Viens, viens, viens, viens

Viens sentir la chaleur

De mes lèvres

A la recherche des tiennes

Viens tuer cette passion

Qui dévore mon cœur

Et seulement alors

Je serai heureux, bien heureux
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 00:03

Eu não preciso de um talismã
Nem penso em meu amanhã
Vou remando com a maré
Eu não preciso de patuá
Nem peço ao meu orixá
Não vou na igreja, não sei rezar
Mas tenho fé
Pois agora quem eu quis
Também me quer

Por muito tempo
Eu batalhei o seu amor
Porém, você me desarmava
E só me dava o seu desdém

Quando me olhava
Parecia nem me ver
Eu era ninguém
Mas hoje em dia eu posso dizer
"Meu amuleto é meu bem"

Je n’ai pas besoin d’un talisman

Ni de penser au lendemain

Je vais et viens comme la marée

Je n’ai pas besoin de porte-bonheur

Ni d’invoquer mon orixa

Je ne vais pas à l’église, je ne sais pas prier

Mais j’ai la foi

Maintenant celle que je désire

Aussi me désire


Pendant longtemps

J’ai bataillé pour ton amour

Cependant tu me désarmais

Et tu ne me donnais que ton dédain


Quand tu me regardais

Il semblait que tu ne me voyais pas

J’étais personne

Mais aujourd’hui je peux dire

« mon amulette est à moi »

Un orixa (se prononce 'oricha') est un dieu de la religion synchrétique, le candomblé. Cette religion est proche du vaudou, du macumba,... et de l'umbanda. J'ai été à un terreiro où la 'prétresse' a jeté le buzios (c'est une graine coupé en 4) et m'a dit que mon orixa était iemanja, déesse de la mer, de l'océan. Chacun de nous a un orixa ! Bon le mien est une divinité féminine...
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 16:19

Bate outra vez
Com esperanças o meu coração
Pois já vai terminando o verão,
Enfim

Volto ao jardim
Com a certeza que devo chorar
Pois bem sei que não queres voltar
Para mim

Queixo-me às rosas,
Mas que bobagem
As rosas não falam
Simplesmente as rosas exalam
O perfume que roubam de ti, ai

Devias vir
Para ver os meus olhos tristonhos
E, quem sabe, sonhavas meus sonhos
Por fim

Bat une autre fois

Avec espoir mon cœur

Alors que s’achève déjà l’été,

Enfin


Je retourne au jardin

Avec une certitude que je dois pleurer

Car je sais bien que tu ne veux pas rentrer

Pour moi


Tu m’as laissé les roses

Mais quelle blague

Les roses ne parlent pas

Les roses seulement exhalent

Le parfum qu’elles te volent là


Tu devrais venir

Pour voir mes yeux tristounets

Et, qui sait, tu rêverais mes rêves

Au final
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 13:57


Vai, minha tristeza
E diz a ela que sem ela
Não pode ser
Diz-lhe numa prece
Que ela regresse
Porque eu não posso mais sofrer

Chega de saudade
A realidade é que sem ela
Não há paz,
Não há beleza
É só tristeza e a melancolia
Que não sai de mim
Não sai de mim
Não sai

Mas se ela voltar
Se ela voltar
Que coisa linda
Que coisa louca
Pois há menos peixinhos
A nadar no mar
Do que os beijinhos
Que eu darei na sua boca
Dentro dos meus braços os abraços
Hão de ser milhões de abraços
Apertado assim, colado assim,
Calado assim,
Abraços e beijinhos e carinhos sem ter fim
Que é pra acabar com esse negócio
De você viver sem mim
Não quero mais esse negócio
De você longe de mim...
Vamos deixar desse negócio
De você viver sem mim.

Va, ma tristesse,

Lui dire que sans elle :

"ça ne peut être ainsi"

L'implorer

De rentrer

Car je ne peux souffrir davantage


Ça suffit la nostalgie

La réalité est que sans elle

Il n’y a pas de paix,

Il n’y a pas de beauté

Ce n’est que tristesse et mélancolie

Qui ne sort pas de moi

Ne sort de moi

Ne sort


Mais si elle revenait

Si elle revenait

Quelle chose merveilleuse

Quelle chose folle

Alors il y aurait moins de petits poissons

Nageant dans la mer

Que de bisous

Que je lui ferais sur la bouche

Entre mes bras les embrassades

Des millions d’embrassades

Tant serrées, tant collées,

Tant silencieuses,

Embrassades et bisous et caresses sans fin

Il faut que se termine cette histoire

De toi vivant sans moi

Je ne veux plus de cette histoire

De toi loin de moi

Laissons cette histoire

De toi vivant sans moi

Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 21:37
Pour l'année de la France au Brésil, une belle exposition montre le travail du jeune Doisneau qui a 22 ans en 1934 - date à laquelle il se fait embaucher par l'entreprise Renault. La Casa Andrade Muricy (Rua Alameda Muricy, 915 - Centro de Curitiba) présente les clichés de ce grand photographe français jusqu'au 14 juin. L'entrée est gratuite.
Voici 3 liens intéressants pour compléter cet article :
- l'incontournable lien vers Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Doisneau
- un autre lien vers un site où l'on peut retrouver des photos de la cantine de l'entreprise renault (avant et pendant le repas) : http://robertdoisneau.ifrance.com/accueil.html
- le lien vers le site brésilien de l'année de la France au Brésil : http://anodafrancanobrasil.cultura.gov.br/
Repost 0
Published by pascal - dans voyage
commenter cet article
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 20:17
Le samedi matin, je vais généralement au marché qui s'installe dans le quartier Alto da Gloria (à l'angle de la rue Stresser). Il y a de nombreux petits stands où l'on trouve des fruits, des légumes, des oeufs, des épices, de la viandes,... des kiosques à pastel (beignet), des vendeurs de Caldo de cana (jus de cannes à sucre aussi appelé vesou), etc.
Faire ses courses là est d'une part beaucoup plus agréable quand le soleil est de la fête et d'autre part beaucoup moins cher que dans un supermarché ou au Marché Municipal (Mercado Municipal) - surtout pour les légumes. En fait le Mercado Municipal est intéressant uniquement pour le touriste et pour les alcooliques car les vins et autres bouteilles sont bon marché.
La ville de Curitiba a de nombreuses feiras (marchés) à travers ses différents quartiers. Le tableau ci-dessous récapitule tout ça selon les jours de la semaine.
Le marché à ne pas manquer quand on fait du tourisme dans la capitale du Parana est la 'Feirinha' du dimanche matin sur le Largo da Ordem. C'est grand et parfois tellement bondé qu'il est difficile de se déplacer. C'est une telle attraction qu'un site lui est dédié!



  MARCHE NOCTURNE   MARCHE MARCHE BIO  
LUNDI          
MARDI - Santa Felicidade (Praça São Marcos)
- Batel (Rua Carneiro Lobo)
- Juvevê (Av. Anita Garibaldi)
  - Rebouças (Rua Nunes Machado)
- Jardim Botanico (Rua Coronel João da Silva Sampaio)
- Agua Verde (Rua D. Pedro II)
- Santa Amélia (Rua Fernando de Souza Costa)
- Fanny (Rua T. Guimarães)
- Uberaba (Rua Coronel J. Carvalho de Oliveira)
- Barreirinha (Rua T. Muniz de Aragão)
- Campina do Siqueira (Rua São Vicente de Paulo)  
MERCREDI - Alto da Gloria (Rua Ivo Leão)
- Hugo Lange (Rua R. Otavio)
- Cabral (Rua Belem)
  - São Francisco (Rua Duque de Caxias)
- Bigorrilho (Rua Aristides Athayde Jr)
- Cajuru (Rua Jornalista Adherbal Stresser)
- Vila Isabel (Rua Prof. Dario Vellozzo)
- Bacacheri (Rua Bolivia)
- Boa Vista (Av. N. S. de Nazaré)
- Barrio Alto (Rua Raul Leite)
- Xaxim (Rua Cascavel)
- Praça do Expedi
tionario
 
JEUDI - São Francisco (Praça Garibaldi)
- Agua Verde (Rua B. Ovidio Costa)
  - Ahu (Rua Colombo)
- Batel (Rua D. Pedro II)
- Santa Quitéria (Rua F. de Souza)
- Boqueirão (Rua G. Corisco Domingues)
- Boqueirão (Rua C. Essenfelder)
- Praça do Japão  
VENDREDI - Bigorrilho (Praça da Ucrania)   - Agua Verde (Rua Colonel Dulcidio)
- Jardim Social (Rua Silvio Romero)
- Jardim das Americas (Mossurunga)
- Cristo Rei (Rua do Herval)
- Santa Felicidade (Rua N. Neves do Nascimento)
   
SAMEDI     - Alto da Gloria (Rua Alberto Bolliger)
- Portão (Rua P. Hansaul)
- Guaira (Rua Rio de Janeiro)
- Bom retiro (Rua H. Itiberê da Cunha)
- Cruz do Pilarzinho (Rua São domingos)
- Seminario (Rua Prof. J. Argemiro de Loyola)
- Campo Comprido (Rua J. Dembinski)
- Hauer (Praça J. Menelau de Almeida Torres)
- Passeio Publico
- Jardim Botanico (Praça Santuario N. S. de Lourdes)
- Praça Italia
 
DIMANCHE     - Prado Velho (Rua Franscisco Nunes)
- Mercês (Praça 29 de Março)
- CIC (Rua Rio do Sul)
- Bacacheri (Rua J. Gulin)
- Campo Comprido (Rua M. Hohmann Wisniewski)
- Barreirinha (Av. Anita Garibaldi)
- Santo Inacio (Rua Albino Potulski)
   
Repost 0
Published by pascal - dans voyage
commenter cet article