Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 00:15
Je n'aime pas trop le titre de cette émission qui allie la propriété au 'chacun pour soi'. Cependant cette interlude de quelques minutes qui passe sur TV5 monde est très instructive. Dernièrement plusieurs épisodes sur le Brésil ont été diffusés. Comme toujours ils sont présents sur le site de la chaîne francophone. Je vous propose une liste de liens avec un petit descriptif :

- Le sertão est une région au nord-est du Brésil caractérisée par sa sécheresse et sa richesse culturelle (la littérature de cordel, la musique sertaneja, etc.). Tandis que le Sud (comme par exemple à Curitiba où j'habite) est entrain de vivre une longue période de soleil, cette région - aride normalement - subit des pluies diluviennes. Les populations nordestines ont été déplacées en raison des inondations. Une autre conséquence du dérèglement climatique global !

- La caatinga est la végétation du sertão. Elle est faite d'épineux et de cactus ce qui ne facilite pas le travail des cowboys de cette partie du Brésil.

- L'île de Marajo est à l'embouchure des fleuves Amazone et Tocantins. Un troupeau de buffles naufragés (Eh oui, ça existe... bientôt à l'affiche du cinéma américain) a transformé l'élevage insulaire. Mais il y a aussi une véritable volonté de s'ouvrir au tourisme. La mangrove c'est-à-dire la formation caractéristique entre la mer et le continent en zone tropicale entoure cette île mystique. Enfin la poterie y est fameuse grâce à des roches sédimentaires de kaolin et d'oxyde de fer.

- Caruaru est la capital du forro. C'est là aussi où a lieu dans l'état du Pernambouc le grand marché au bestiau.

- L'estrada real est le chemin de l'or de Rio de Janeiro ou Paraty jusqu'à Diamantina.

- Le pantanal est durant la moitié de l'année le marais le plus grand du monde soit 200000 Km2. Il est situé dans les 2 états du Mato Grosso et en partie sur la Bolivie.

à suivre...
Repost 0
Published by pascal - dans voyage
commenter cet article
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 16:41

Henfil a passé sa vie entière à combattre le régime dictatorial brésilien. Quand en 1972 Elis Regina fit un concert devant l'armée qui tenait alors le pays sous une main de fer, Henfil écrivit un article descendant la chanteuse. Il dénonça les connivences avec le pouvoir de nombreuses personnalités comme le chanteur Roberto Carlos ou le footballeur Pelé.

Caía a tarde feito um viaduto
E um bêbado trajando luto
Me lembrou Carlitos
A lua tal qual a dona do bordel
Pedia a cada estrela fria
Um brilho de a...lu...guel
E nuvens lá
No mata-borrão do céu
Chupavam manchas torturadas,
Que sufoco louco
O bêbado com chapéu coco
Fazia irreverências mil
Prá noite do Bra...sil, meu Brasil
Que sonha com a volta do irmão do Henfil
Com tanta gente
Que partiu num rabo de foguete

Chora a nossa pátria mãe gentil
Choram marias e clarisses
No solo do Brasil
Mas sei que uma dor assim pungente
Não há de ser inutilmente
A espe...rança dança
Na corda bamba de sombrinha
E em cada passo dessa linha
Pode se ma...chu...car
Azar, a esperança equilibrista
Sabe que o show de todo artista
tem que continuar
Tombait le soir faisant un viaduc
Et un homme saoul vêtu du deuil
M'a rappelé Carlitos
La lune tel la gérente d'un bordel
Demandait à chaque étoile
un brillant de loyer
Et des nuages là-bas
Dans le noir d'encre du ciel
Suçaient des tâches torturées,
Je suffoque fou
Le gars bourré avec un chapeau coco
Faisait mille irrévérences
A la nuit du Brésil, mon Brésil
Qui rêve du retour du frère de Henfil
Avec tant de gens
Qui sont partis dans le cul d'une roquette

Pleure notre mère patrie gentille
Pleurent Maries et clarrisses
Sur le sol du Brésil
Mais je sais qu'une telle douleur aigüe
Ne doit pas être inutile
L'espoir danse
Sur la corde raide avec une ombrelle
Et à chaque pas sur cette ligne
Il peut se blesser
Infortune, l'espoir équilibriste
sait que le spectacle de tout artiste
doit continuer.
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 00:05

Manhã, tão bonita manhã
Na vida, uma nova canção
Cantando só teus olhos
Teu riso, tuas mãos
Pois há de haver um dia
Em que virás

Das cordas do meu violão
Que só teu amor procurou
Vem uma voz
Falar dos beijos perdidos
Nos lábios teus

Canta o meu coração
Alegria voltou
Tão feliz a manhã
Deste amor

Matin, si bon matin
Dans la vie, une nouvelle chanson
Chantant seulement tes yeux
ton sourire, tes mains
Après il y aura surement un jour
Où tu partiras

Des cordes de ma guitare
Que seul ton amour a cherché
Vient une voix
Parlant des baisers perdus
Sur tes lèvres

Chante mon coeur
La joie est revenue
Tant heureux le matin
De cet amour
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 23:07

Ai, ai que saudade eu tenho da Bahia
Ai, se eu escutasse o que mamãe dizia
"Bem, não vá deixar a sua mãe aflita
A gente faz o que o coração dita
Mas esse mundo é feito de maldade e ilusão"
Ai, se eu escutasse hoje não sofria
Ai, esta saudade dentro do meu peito
Ai, se ter saudade é ter algum defeito
Eu pelo menos, mereço o direito
De ter alguém com quem eu possa me confessar
Ponha-se no meu lugar
E veja como sofre um homem infeliz
Que teve que desabafar
Dizendo a todo mundo o que ninguém diz
Vejam que situação
E vejam como sofre um pobre coração
Pobre de quem acretida
Na glória e no dinheiro para ser feliz
Ai, Ai quelle nostalgie j'ai de Bahia
Ai, si j'écoutais ce que ma mère disait
"Bien, ne laisse pas ta mère angoissée
On fait ce que le coeur dit
Mais ce monde est fait de mal et d'illusion"
Ai, si j'écoutais aujourd'hui je ne soufrirais pas
Ai, cette nostalgie dans ma poitrine
Ai, si être nostalgique c'est avoir un défaut
Moi pour le moins, je mérite le droit
D'avoir quelqu'un à qui me confesser
Mets-toi à ma place
Et vois comment souffre un homme malheureux
Qui doit se 'desétouffer'
En disant à tout le monde ce que personne dit
Voyez quelle situation
Et voyez comment souffre un pauvre coeur
Pauvre comme celui qui croît
En la gloire et l'argent pour être heureux
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 12:09

Le slam a relancé voilà quelques années l'engouement de la jeunesse pour la poésie. De nouveau, il vient au secours de l'éducation par la voix grave de Grand Corps Malade, un slameur qui n'est pas handicapé du coeur. Ce dernier s'est fait connaître par la chanson 'les voyages en train'. Au mois de mars, il a sorti un nouvel album 'Enfant de la ville'.
En vous baladant, sur le site de l'artiste, vous pourrez voir à quel point les profs sont touchés par la chanson ci-dessus. En effet, le livre d'or est plein de commentaires d'enseignants. Ceci montre un peu aussi leur besoin de reconnaissance.


Grand corps malade a fait l'objet d'un reportage d'envoyé spécial.
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 04:12
Maciej Antoni Babinski est un polonais arrivé au Brésil en 1953. Son travail est actuellement exposé dans l'espace culturel de la banque Caixa à Curitiba (Rua Conselheiro Laurindo, 280 - Centro). L'exposition sera ouverte jusqu'au 7 juin 2009.
A travers 41 eaux fortes, xylogravures et lithographies, produites entre 1963 et 2008, l'artiste passe des paysages brésiliens aux mondes chimériques. Les eaux fortes les plus récentes ont été réalisées à Várzea Alegre, au coeur de l'état du Ceará, où Babinski réside depuis 1991, après qu'il ait pris sa retraite de l'Institut Central des Arts de l'Université de Brasília (ICA/UnB).

   
     
     
     
Repost 0
Published by pascal - dans société
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 05:24

On reconnaît évidemment la chanson de Nougaro 'Tu verras' qui reprend le rythme de Chico mais pas le sens de sa chanson.

O que será, que será?
Que andam suspirando pelas alcovas
Que andam sussurrando em versos e trovas
Que andam combinando
No breu das tocas
Que anda nas cabeças anda nas bocas
Que andam acendendo velas nos becos
Que estão falando alto pelos botecos
E gritam nos mercados que com certeza
Está na natureza
Será, que será?
O que não tem certeza nem nunca terá
O que não tem conserto nem nunca terá
O que não tem tamanho...

O que será, que será?
Que vive nas idéias desses amantes
Que cantam os poetas mais delirantes
Que juram os profetas embriagados
Que está na romaria dos mutilados
Que está na fantasia dos infelizes
Que está no dia a dia das meretrizes
No plano dos bandidos dos desvalidos
Em todos os sentidos...
Será, que será?
O que não tem decência nem nunca terá
O que não tem censura nem nunca terá
O que não faz sentido...

O que será, que será?
Que todos os avisos não vão evitar
Por que todos os risos vão desafiar
Por que todos os sinos irão repicar
Por que todos os hinos irão consagrar
E todos os meninos vão desembestar
E todos os destinos irão se encontrar
E mesmo o Padre Eterno que nunca foi lá
Olhando aquele inferno vai abençoar
O que não tem governo nem nunca terá
O que não tem vergonha nem nunca terá
O que não tem juízo...(2x)

Lá lá lá lá láÂ…Â….
Serait-ce que, serait-ce ?
Qui vont soupirant par les alcoves
Qui vont sussurant en vers et cantiques
Qui vont se mettant d'accord
Dans l'obscurité des terriers
Qui va dans les têtes va dans les bouches
Qui vont allumer des bougies dans les culs-de-sac
Qui parlent fort dans les bars
Et crient dans les marchés qui avec certitude
est dans la nature
Serait-ce ?
Ce qui n'a pas de certitude jamais n'en aura
Ce qui n'a pas de parole jamais n'en aura
Ce qui n'est pas de taille...

Serait-ce que, serait-ce ?
Qui vit dans l'esprit de ces amants
Qui chantent les poètes les plus délirants
Qui invoquent les prophètes saouls
Qui est dans le pélerinage des mutilés
Qui est dans le costume des malheureux
Qui est dans le quotidien des prostituées
Dans le plan des bandits des misérables
Dans tous les sens (du terme)
Serait-ce ?
Ce qui n'ont pas de décence jamais n'en aura
Ce qui n'a pas de censure jamais n'en aura
Ce qui n'a pas de sens...

Serait-ce que, serait-ce ?
Que tous les conseils ne vont éviter
Car tous les rires vont contester
Car toutes les cloches iront carillonner
car tous les hymnes iront consacrer
Et tous les garçons vont perdre leur calme
Et tous les destins iront se rencontrer
Et même le Père Eternel qui jamais n'a été là
Regardant cet enfer va bénir
Ce qui n'a pas de conduite jamais n'en aura
Ce qui n'a pas honte jamais n'en aura
Ce qui n'a pas de jugement...

Là là là là làÂ...Â....
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 03:47

Já conheço os passos dessa estrada
Sei que não vai dar em nada
Seus segredos sei de cor
Já conheço as pedras do caminho,
E sei também que ali sozinho,
Eu vou ficar tanto pior
E o que é que eu posso contra o encanto,
Desse amor que eu nego tanto
Evito tanto e que, no entanto,
Volta sempre a enfeitiçar
Com seus mesmos tristes, velhos fatos,
Que num álbum de retratos
Eu teimo em colecionar

Lá vou eu de novo como um tolo,
Procurar o desconsolo,
Que cansei de conhecer
Novos dias tristes, noites claras,
Versos, cartas, minha cara
Ainda volto a lhe escrever
Pra lhe dizer que isso é pecado,
Eu trago o peito tão marcado
De lembranças do passado
E você sabe a razão
Vou colecionar mais um soneto,
Outro retrato em branco e preto
A maltratar meu coração
Je connais les pas de cette route
Je sais que cela ne va rien donner
Ses secrets je les connais par coeur
Je connais déjà les pierres du chemin,
Et je sais aussi que seul là,
Je vais être encore plus mal
Et que puis-je faire contre l'enchantement,
Contre cet amour que je nie tant
Que j'évite tant et qui pourtant
Revient toujours m'ensorceler
Avec ses mêmes tristes et vieux faits,
Qui dans un album de portraits
Je persiste à collectionner

Là-bas je vais de nouveau comme un con
A la recherche de l'inconsolable,
dont je suis fatigué de connaître
de nouveaux jours tristes, des nuits blanches,
Des vers, des lettres, mon dieu
J'ai encore recommencé à lui écrire
Pour lui dire que ceci est péché
J'ai le coeur tant marqué
de souvenirs du passé
Et tu connais la raison
Je vais collectionner plus un sonnet,
Autre portrait en noir et blanc
Pour maltraiter mon coeur
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 01:05

Pour bien comprendre ce qu'est le choro, le mieux est de voir le film documentaire 'Brasileirinho' du grand réalisateur finlandais Mika Kaurismäki.

O brasileiro quando é do choro
É entusiasmado quando cai no samba,
Não fica abafado e é um desacato
Quando chega no salão.

Não há quem possa resistir
Quando o chorinho brasileiro faz sentir,
Ainda mais de cavaquinho,
Com um pandeiro e um violão
Na marcação.

Brasileirinho chegou
E a todos encantou,
Fez todo mundo dançar
A noite inteira no terreiro
Até o sol raiar.
E quando o baile terminou
A turma não se conformou:
Brasileirinho abafou!
Até o velho que já estava encostado
Neste dia se acabou!
Para falar a verdade,
Estava conversando
Com alguém de respeito
E ao ouvir o grande choro
Eu dei logo um jeito
E deixei o camarada
Falando sozinho. Gostei, pulei,
Dancei, pisei até me acabei
E nunca mais esquecerei o tal chorinho
Brasileirinho!
Le brésilien quand c'est du choro
Est enthousiasmé, quand tombe la samba
Ne reste pas étouffé et c'est un tollé
Quand il arrive dans le salon.

Il ne peut résister
Quand le chorinho brésilien se fait sentir,
Encore plus de cavaquinho,
avec un pandeiro et une guitare
dans la marque.

Le brasileirinho est arrivé
Et nous a tous enchanté
Il a fait danser tout le monde
La nuit entière sur la place
Jusqu'au lever du soleil.
Et quand le bal a terminé
La classe ne s'est pas accordé :
Le brasileirinho s'est tu!
Jusqu'au petit vieux qui était adossé
Ce jour il s'est épuisé!
Pour dire la vérité,
J'étais entrain de discuter
Avec quelqu'un très respecté
Et à l'écoute du grand choro
J'ai trouvé rapidement un moyen
Et j'ai laissé le camarade
parlé seul. J'ai aimé, j'ai poussé,
J'ai dansé, j'ai piétiné jusqu'à l'épuisement
Et jamais je n'oublierai un tel chorinho
Brasileirinho!

cavaquinho = petite guitare à 4 cordes = ukulélé brésilien
pandeiro = tambourin brésilien
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 00:25


Dans cette chanson, il y a de nombreux noms de lieux cariocas et de dieu du camdomblé. L'aéroport du Galeão s'appelle aujourd'hui Antonio Carlos Jobim.

 

Eparrê
Aroeira beira de mar
Canôa Salve Deus e Tiago e Humaitá
Eta, costão de pedra
Dos home brabo do mar
Eh, Xangô, vê se me ajuda a chegar

Minha alma canta
Vejo o Rio de Janeiro
Estou morrendo de saudades
Rio, seu mar
Praia sem fim
Rio, você foi feito prá mim
Cristo Redentor
Braços abertos sobre a Guanabara
Este samba é só porque
Rio, eu gosto de você
A morena vai sambar
Seu corpo todo balançar
Rio de sol, de céu, de mar
Dentro de mais um minuto
Estaremos no Galeão
Copacabana, Copacabana

Cristo Redentor
Braços abertos sobre a Guanabara
Este samba é só porque
Rio, eu gosto de você
A morena vai sambar
Seu corpo todo balançar
Aperte o cinto, vamos chegar
Água brilhando, olha a pista chegando
E vamos nós
Pousar...
Eparrê
Poivrier brésilien bord de mer
Canôa Salve Deus et Tiago et Humaita
Ouah, grande côte de pierre
De buildings bravant l'océan
Eh, Xangô, vois si tu m'aides à arriver

Mon âme chante
Je vois Rio de Janeiro
Je meurs de saudade
Rio, sa mer
Plage sans fin
Rio, tu es faite pour moi
Christ Rédempteur
Bras ouverts sur Guanabara
Cette samba c'est juste pour dire que
Rio, je t'aime
La brune va dancer la samba
Tout son corps balancer
Rio du soleil, du ciel, de la mer
Dans un peu plus d'une minute
Nous serons dans l'aéroport Galion
Copacabana, Copacabana

Christ Rédempteur
Bras ouverts sur Guanabara
Cette samba c'est juste pour dire que 
Rio, je t'aime
La brune va dancer la samba
Tout son corps balancer
Bouclez vos ceinture, nous arrivons
L'eau brillante, Regardez la piste en approche
Et nous allons nous
Poser...
Repost 0
Published by pascal - dans musique
commenter cet article